Arianne Massenet, ex- acolyte de Marc- Olivier Fogiel, se lance en solo

© 20 minutes

— 

Après quatre ans de liaisons cathodiques avec Marc- Olivier Fogiel, Ariane Massenet a désormais sa propre émission. Elle présente demain « Petites confidences entre amis » ( 22h20), où une personnalité est interviewée par six de ses proches dans une coquette suite du Crillon. Quatre mois après votre départ d’ « On ne peut pas plaire à tout le monde » , vous n’avez pas de regret ? Quand j’ai pris ma décision, ce n’était pas pour revenir en arrière. Depuis quelque temps, je sentais que j’étais en train de me caricaturer. J’étais lasse d’être la fille d’à côté, la dame de compagnie. Votre rôle aurait- il pu évoluer ? Non, c’était figé. Avec le passage en prime time le dimanche, Marco a recentré l’émission sur lui. Du coup, je n’avais plus beaucoup de place. Il savait que j’avais envie d’autre chose. J’ai attendu et rien ne s’est fait. Avant votre arrivée sur Paris Première, vous avez décliné plusieurs propositions. Pourquoi ? J’ai refusé « Les hyènes » sur France 2 et « Les 100 plus grands » avec Christophe Dechavanne sur TF1. Pour la première, c’était trop précipité. Je devais commencer le tournage le 16 juin alors que j’avais arrêté « ONPP » le 7. Pour Dechavanne, c’était plus compliqué. Il sait que j’adorerais à terme travailler avec lui dans une « Ferme 3 » , par exemple. Mais pour l’instant, je ne suis pas prête à être trop exposée. Effectivement, sur Paris Première vous êtes plutôt sous- exposée… Dans cette émission, la vedette, c’est l’invité. Gérard Jugnot pour la première. Suivront Jane Birkin et Antoine de Caunes. Quant à moi, je n’apparais qu’en fil rouge, en hôtesse d’accueil. Je ne cherchais pas à faire de l’antenne à tout prix. Bien au contraire. Vous auriez pu rester dans les coulisses en tant que rédactrice en chef. Oui, c’est tout le paradoxe. Je ne supporte pas de me voir à l’écran et en même temps je crains toujours que les gens pensent que si je ne suis plus à l’antenne, c’est que je n’existe plus. La télé peut vous enterrer très vite. Une fois que « Petites confidences entre amis » sera lancée, j’essaierai de faire autre chose. Car je sais que si je traîne trop, dans quatre ans, je suis morte. Propos recueillis par Sarah- Lou Cohen- Bacri