Virginie Calmels: «On est déjà éthique mais les gens l'ignorent»

INTERVIEW La présidente d'Endemol France analyse la charte d'éthique de la téléréalité qu'elle veut concevoir...

Propos recueillis par Oriane Raffin

— 

Secret Story, le néo-Loft de TF1
Secret Story, le néo-Loft de TF1 — DR

Ce mardi, elle a annoncé la création d'un groupe de travail pour élaborer une charte éthique pour la téléréalité. Contactée par 20minutes.fr, Virginie Calmels en précise les modalités...

Comment allez-vous élaborer la charte éthique de la téléréalité?

Nous allons mettre en place un groupe de travail composé de personnalités extérieures: un pédopsychiatre, des spécialistes juridiques, un spécialiste de l'éthique comme Sophie de Menton (présidente du mouvement Ethic, ndlr) si elle l'accepte. Il y aura une dizaine de personnes, qui vont élaborer le texte d'ici quelques semaines ou mois. Ils valideront une prémouture réalisée en interne.

Qu‚y aura-t-il dans ce texte?
Dans la charte, l'idée est de définir des règles, des grands principes, et nous réunirons aussi les membres en amont des projets afin de les faire réagir. Les grands principes sont déjà définis et appliqués: pas de cigarette ni alcool à l'antenne, des floutages, des bips en cas de propos vulgaires... La charte sera donc plus une mise en forme théorique, car dans les faits, elle est déjà appliquée.

Quelle sera la valeur de cette charte?
Elle n'aura pas de valeur autre que celle de définir un cadre que j'entends faire appliquer dans mon entreprise. Ce n'est pas légal ou obligatoire. C'est pour nous, pour nous définir des limites. On est déjà éthique mais les gens l'ignorent! Par exemple, j'ai déjà refusé un certain nombre de projets qui marchent à l'étranger, notamment des déclinaisons de Big Brother, mais qui allaient trop loin. On est une entreprise responsable et on le montre.