Rentrée sans révolution pour France Télévisions

© 20 minutes

— 

Le groupe France Télévisions a été le dernier, hier, à présenter la nouvelle grille de ses trois chaînes. Une rentrée anniversaire (40 ans pour France 2, 30 ans pour France 3 et 10 ans pour France 5) placée sous le signe du renouveau, en douceur. Tour d’horizon. Avec pour slogan « L’air est plus vif sur France 2 », la chaîne mise sur trois créneaux. Les « fictions de société » d’abord. C’est sous le format de 52 minutes, plus dynamique et rythmé que les classiques 90 minutes, que la chaîne veut lancer ces nouvelles fictions « sociétales », comme Clara Sheller, tableau de la confusion amoureuse d’un couple non conformiste, ou sa nouvelle série « Trois femmes flics ». Autre genre en hausse, les adaptations télévisées de grands classiques, comme Le Père Goriot (avec Charles Aznavour), Bel-Ami (avec Sagamore Stévenin), La Petite Fadette (avec Richard Bohringer) ou Le Silence de la mer (avec Michel Galabru). Autre créneau, l’info. Tous les espoirs sont placés dans le nouveau 13 h présenté par Christophe Hondelatte dès lundi prochain. Ce JT renouvelé, filmé en lumière naturelle au coeur de la rédaction de France 2, est censé montrer « une info en train de se faire », avec interviews et débats. On y promet un ton tranchant. Enfin, le documentaire, qui aura désormais sa place en prime time. Le docu-feuilleton, avec notamment Chroniques de la violence ordinaire (enquête de deux ans dans un quartier de Creil), ainsi que le docu-fiction avec la superproduction Gladiateurs, laisseront aussi place à des documentaires plus classiques. Pour France 3, outre un nouveau feuilleton fleuve « Plus belle la vie » et l’arrivée de nouveaux visages à l’info (le duo Audrey Pulvar et Louis Laforge au « Soir 3 »), la principale innovation est la place laissée au direct, censée apporter un sentiment de proximité avec le téléspectateur. « J’y vais, j’y vais pas », nouvelle émission quotidienne présentée par Valérie Benaïm, mais aussi, fait nouveau, « Thalassa », et toujours, « ONPP », seront la vitrine de cette politique. Enfin, le but de France 5 est de donner à tous les références indispensables pour s’orienter et aller de l’avant au xxie siècle. A cette fin, la petite chaîne qui monte se dote de nouvelles émissions sur les cultures urbaines, la mode et l’économie, ainsi que des documentaires tous azimuts (dont L’Aventurière, docu-fiction). Emmanuelle Bosc