Les malheureux regardent plus la télévision

ETUDE Les personnes heureuses s’occuperaient davantage en lisant et en sortant avec leurs amis…

Sa. C.

— 

Des postes de télévisions
Des postes de télévisions — Jean-Pierre Muller AFP/Archives

Il y aurait deux catégories de téléspectateurs: les gens malheureux et les gens heureux. A quoi est due cette frontière invisible? A la consommation de télévision, selon une étude de l’Université du Maryland. Celle-ci a analysé 34 années de données récoltées chez plus de 45.000 participants. Le constat est sans appel: si la télévision doperait la bonne humeur à court terme, elle aurait tendance à plomber le moral sur le long terme. Explications.
 
«Regarder la télévision est une activité qui procure du plaisir immédiat sans bénéfice sur le long terme tout en mettant de côté le temps consacré à d’autres activités, pouvant être moins plaisantes à court terme mais bénéfiques à long terme, affirme l’étude qui sera publiée en décembre. En d’autres termes, la télévision rend les gens moins heureux.» Mais à quelles autres activités cette étude fait-elle référence? A la lecture et à la «socialisation», comprendre les sorties, selon les enquêteurs.
 
L’étude s’appuie sur les affirmations des 45.000 personnes qui ont participé. Celles-ci ont noté leurs différentes activités dans un journal courant sur plusieurs années. Les enquêteurs ont ainsi relevé que lire, sortir et faire l’amour étaient des activités à fort niveau de plénitude alors que regarder la télévision était directement liée au sentiment de malaise. La consommation quotidienne de télévision serait particulièrement élevée chez les personnes dites «malheureuses», qui passeraient 30% de temps en plus devant le petit écran que les gens «très heureux», poursuit l’étude. En clair, plus on est malheureux, plus on regarde la télévision… Et plus on regarde la télévision, plus on est malheureux. Le cercle vicieux. De là à dire que pour être heureux, il faut étendre son poste de télévision, il n’y a qu’un pas.
 
Et vous, la télévision joue-t-elle sur votre moral?