Le collectif Rouge Direct saisit le CSA après les propos homophobes de Denis Balbir

POLEMIQUE De son côté, la ministre des Sports Laura Flessel a salué la décision de W9 de suspendre le journaliste Denis Balbir...

L.B.

— 

La vidéo du présentateur Denis Balbir, après le match Olympique de Marseille / RB Leipzig de jeudi.
La vidéo du présentateur Denis Balbir, après le match Olympique de Marseille / RB Leipzig de jeudi. — Capture d'écran

Le collectif Rouge Direct contre l’homophobie dans le sport et le football a saisi le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) après les propos polémiques de Denis Balbir hors antenne. Une vidéo du commentateur de W9 a fuité sur Twitter à peine une heure après le coup de sifflet final du match OM-Leipzig.

Rouge Direct a réagi ce vendredi à ses propos dans un communiqué. « Ce journaliste, légitimement suspendu à titre conservatoire par sa chaîne, reconnaît des propos "déplacés" : nous rappelons qu’ils sont de nature homophobe, ce qui ne les rend pas juste "déplacés", mais injurieux et discriminatoires, et les rend plus graves notamment au regard de la loi », écrit le collectif.

Pour rappel, dans cette vidéo, Denis Balbir insultait des joueurs de Leipzig, battus par l’OM (5-2). « Je suis bien content pour ces pédés-là (sic), arrogants au match aller, comment ils étaient sûrs de gagner… Enfoirés… », marmonne-t-il.

Laura Flessel salue la décision de W9

« Cette séquence n’a pas été diffusée par la chaîne mais elle fait apparaître à nouveau un problème grave de préjugés homophobes chez les journalistes sportifs, en particulier dans le milieu du football, déjà fortement imprégné d’homophobie. Les acteurs des médias ont selon nous vocation à valoriser une image positive et respectueuse des personnes dans leur diversité, notamment à travers le sport, et non à être les porteurs des pires préjugés », poursuit le collectif dans le communiqué.

De son côté, la ministre des Sports Laura Flessel a salué la décision de W9 dans un tweet. « Les propos homophobes même hors antenne sont condamnables », écrit-elle avant d’annoncer l’organisation le 17 mai prochain d’un colloque sur cette question.