VIDEO. «Je ne suis pas un homme facile»: Netflix défend le féminisme à la française

COMEDIE Eléonore Pourriat raconte à « 20Minutes » comment son premier long-métrage, «Je ne suis pas un homme facile», s’est retrouvé produit et diffusé sur Netflix…

Caroline Vié

— 

Marie-Sophie Ferdane et Vincent Elbaz dans Je ne suis pas un homme facile d'Eléonore Pourriat
Marie-Sophie Ferdane et Vincent Elbaz dans Je ne suis pas un homme facile d'Eléonore Pourriat — Céline Nieszawer/Netflix
  • « Je ne suis pas un homme facile » imagine un monde où les hommes et les femmes ont inversé leurs rôles.
  • Un parfait macho, incarné par Vincent Elbaz, découvre ainsi le harcèlement.
  • Cette fantaisie a été réalisée en toute liberté pour Netflix par une réalisatrice joyeusement féministe.

Un affreux macho (Vincent Elbaz) se réveille dans un monde où les rôles sont inversés. C’est Je ne suis pas un homme facile, comédie féministe diffusée dès ce vendredi sur Netflix. La réalisatrice Eléonore Pourriat lui fait découvrir un monde dominé par les femmes où les messieurs sont traités en portion congrue.

« Netflix m’a contactée après avoir vu mon court-métrage Majorité opprimée sur Internet, raconte la réalisatrice à 20 Minutes. Ils m’ont proposé d’en réaliser une version longue en me laissant une liberté totale, y compris pour le casting. C’est ainsi que j’ai pu garder Marie-Sophie Ferdane. »

Inversion des genres

Cette dernière est irrésistible en femme de pouvoir qui malmène les hommes autour d’elle, ce qui ne déplaît pas tant que cela au misogyne repenti.

Dans le film, les dames se font servir des cafés, sont fières de leurs règles et considèrent les garçons comme des subalternes. Une inversion des genres qui offre de belles situations comiques. Contrairement à Riad Sattouf pour Jacky au royaume des filles, Eléonore Pourriat a souhaité avant tout rester réaliste en faisant évoluer ses personnages dans un monde proche du nôtre. « Mon film est militant ce qui n’est pas synonyme de sinistre, martèle-t-elle. On peut être féministe et avoir de l’humour. »

Absurde pour les deux sexes

Cet humour se manifeste dans le fait qu’on reconnaît bien les situations auxquelles est confronté le héros pris de haut par sa hiérarchie ou sifflé dans la rue. « Mon but était de démontrer l’absurdité et l’agressivité de ces comportements, quel que soit le sexe qui les subit », insiste Eléonore Pourriat. Et ça marche, même quand elle s’amuse des féministes pures et dures en montrant des messieurs manifestant affublés de faux seins pour exiger une meilleure visibilité dans la société !

« J’aimerais que cette comédie fasse rire mais aussi réfléchir tout autant les hommes que les femmes », précise la réalisatrice qui se réjouit de la caisse de résonance que lui offre Netflix.

190 pays à la fois

« Je ne suis pas un homme facile va être distribué simultanément dans 190 pays : c’est inespéré pour un premier film comme le mien ! » Son indéniable talent sert une fantaisie dans l’air du temps qu’elle a pu faire sans la moindre contrainte. « Je ne suis pas certaine qu’une production cinéma classique m’aurait offert les mêmes avantages… » C’est cela aussi qui attire les créateurs vers Netflix.

View this post on Instagram

#jenesuispasunhommefacile #netflix

A post shared by Je Ne Suis Pas Un Homme Facile (@jenesuispasunhommefacile) on