VIDEO. Faut-il regarder «Complément d’enquête» sur le clan Boudou, «l’autre famille de Johnny»?

HERITAGE «Complément d’enquête», sur France 2, dresse le portrait de la famille Boudou, «l’autre famille de Johnny»…

A.D.

— 

Johnny Hallyday et son beau-père, André Boudou partageaient la passion de la moto.
Johnny Hallyday et son beau-père, André Boudou partageaient la passion de la moto. — BEBERT BRUNO/SIPA
  • Le numéro de Complément d’enquête diffusé ce jeudi à 22h50 sur France 2, dresse le portrait de la famille Boudou, « l’autre famille de Johnny »
  • Les reporters de France 2 ont suivi Elyette Boudou dans son village natal
  • Le reportage résume ensuite la carrière de « self-made-man » d’André Boudou
  • On y apprend que Johnny Halliday a tout fait pour « mettre son héritage hors de portée de la loi française »

D’un côté, ses enfants Laura et David, de l’autre, la veuve, Laeticia. A l’heure de la bataille autour de la succession de Johnny Hallyday,Complément d’enquête, intitulé « Chérie, j’ai déshérité les gosses » et diffusé ce jeudi à 22h50 sur France 2, dresse le portrait de la famille Boudou, « l’autre famille de Johnny », « discrète et pourtant omniprésente ». Le reportage, intitulé « Les Boudou : un clan aux manettes » et signé Nathalie Sapena, tente de comprendre le rôle des différents membres, Elyette, la « Mamie Rock », André, l’ami et beau-père, et Grégory, le beau-frère, dans la vie du chanteur défunt. Comment « le clan Boudou » a pris les manettes de « l’empire Hallyday » ? Faut-il regarder ce programme ? Que nous apprend-il ?

 

Elyette Boudou, malgré les conseils de son avocat, n’a pu s’empê­cher de dire quelques mots à la jour­na­liste qui l’accom­pagne, parce qu’elle est « bavarde ». A 82 ans, elle vit désormais dans son village natal, à Marseillan (Hérault) où « elle soigne ses problèmes de santé » après avoir géré la maisonnée des Hallyday à Los Angeles depuis le décès de son époux en 2010.

Une « mamie gâteau » et un « ange »

Nathalie Sapena a choisi de la filmer « à la sortie de la messe ». « De sa vie bling-bling, elle a gardé un foulard de marque et un sac Chanel à quelques milliers d’euros, cadeau de Johnny », commente-t-on en voix off. On la suit ensuite dans les rues du village où elle demeure « une figure locale ».

Les commentaires dans la presse et sur les réseaux sociaux, « ça me fait monter la tension », confie-t-elle. « Le bon Dieu m’a envoyé beaucoup de malheur, mais il m’a laissé un ange sur cette Terre, et c’est Laeticia », poursuit-elle. « Et mes petitounes (Jade et Joy) qu’est-ce qu’elles sont bien élevées et gentilles “Mamie on t’aime, quand est-ce que tu reviens ?” Quand j’irai mieux », lance-t-elle encore. « Johnny, c’était un homme exceptionnel. Et ma petite-fille aussi, qu’est-ce qu’elle l’a bien soigné. Il n’y avait que Johnny qui comptait », glisse-t-elle encore.

« C’est étonnant parce qu’on nous parle d’un prête-nom sur les sociétés, mais on ne découvre pas un ogre, mais une petite mamie un peu fatiguée, éprouvée. », a commenté Thomas Sotto dans les colonnes de Midi Libre.

Mamie Rock a tout de même l’énergie de glisser au sujet de Laura et David, « ça me heurte. Ils ont eu leur part déjà ». À 79 ans, Elyette a été désignée par Johnny pour reprendre les rênes de ses cinq sociétés : Mamour, Navajo, Artistes et promotion, SLJ et Pimiento. Interrogée sur son rôle, elle affirme, comme dans les colonnes de Midi Libre le 20 mars, avoir voulu « rendre service » à Johnny et ne s’occuper « de rien, c’est l’avocate qui s’occupe de tout. »

France 2 a réussi un coup : obtenir des images et des propos de la fameuse Mamy Rock. Le hic ? On n’en sait toujours pas plus sur son rôle dans les affaires de Johnny. Ce portrait sert bien la communication de la famille Boudou, mais n’apporte aucun nouvel éclairage.

France 2 s’intéresse ensuite à l’enfance de Laeticia Hallyday au Cap d’Agde. Elle y est présentée comme une petite-fille attentionnée et « bosseuse ». Aucun intérêt, si ce n’est à redorer l’image de Laeticia Hallyday, dans une guerre médiatique où elle a beaucoup été diabolisée.

Un « self-made-man » devenu « roi de la night »

Le reportage résume ensuite la carrière de « self-made-man » d’André Boudou, le papa de laeticia. Nathalie Sapena raconte comment il est devenu « une sorte de conseiller occulte » du Taulier.

« J’avais remis de l’ordre dans ses affaires et on l’avait mis sur la voie du succès […] Ma fille lui a donné un équilibre qui lui a permis de faire un parcours ces vingt dernières années sur le plan artistique extraordinaire qui l’ont menées aux obsèques nationales », estime celui qui affirme n’avoir « jamais touché une commission, un cadeau de sa part. Je n’en avais pas besoin », explique-t-il au téléphone.

C’est lui qui décrochera à Johnny un contrat avec Optic 2000, le conseillera quand il quitte sa maison de disques Universal et l’incitera à investir dans une discothèque, L’Amnésia, à Paris, dont « 95 % du capital de la discothèque appartient à des sociétés offshore (…) qui pourraient cacher la main de certaines familles très puissantes en Corse », détaille un journaliste. André Boudou conteste les accusations de liens avec la mafia corse. Depuis cinq ans, André Boudou était « brouillé » avec sa fille et son gendre, nous apprend-on, sans nous donner davantage d’explications. L’investigation sur André Boudou nous laisse un peu sur notre faim.

Grégory Boudou, le grand absent

Lors de ce reportage, réalisé avant que Grégory Boudou ne soit placé en garde à vue mercredi, dans la gestion de la discothèque du Cap d’Adge dont son père est le créateur, le frère cadet de Laeticia Hallyday n’a pas souhaité répondre aux questions des journalistes. Dommage, on aurait aimé en savoir plus.

Les parts d’ombre de Johnny Hallyday

La partie la plus intéressante du reportage ne concerne pas la famille Boudou, mais Johnny Hallyday. On y apprend que ce dernier a monté une société pour « éluder l’impôt » et qu’il a monté un « mystérieux trust américain » afin de « mettre son héritage hors de portée de la loi française ». « Si le testament saute, si ça a été bien fait et bien monté, le trust restera quoiqu’il arrive », analyse une experte. De quoi donner une autre perspective à toute l’affaire !