«Complément d'enquête»: Le groupe Bolloré réclame 50 millions d'euros à France Télévisions

TELEVISION Le groupe a déposé une plainte pour « dénigrement » à la suite de la diffusion d’un portrait de Vincent Bolloré le 7 avril 2016 sur France…

C.W.

— 

Le groupe Bolloré réclamerait 50 millions d'euros à France Télévisions.
Le groupe Bolloré réclamerait 50 millions d'euros à France Télévisions. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Le bras de fer est engagé. Lundi, le tribunal de commerce de Paris a examiné une plainte pour « dénigrement » à l’encontre de France Télévisions, qu’a déposé le groupe de Vincent Bolloré, rapporte le site de BFM Business. L’industriel breton n’a pas apprécié un portrait diffusé le 7 avril 2016 dans Complément d’enquête sur France 2, et réclame 50 millions d’euros de dommages au groupe de l’audiovisuel public.

>> A lire aussi: «Complément d'enquête», Vincent Bolloré crie au reportage «bidonné»

Pour les avocats de France Télévisions, il s’agirait d’une « procédure abusive », cette histoire relevant du droit de la presse, et non du droit commercial. Ils auraient demandé que le groupe de Bolloré leur verse 100 millions d’euros pour cela. « Cette plainte n’a aucun fondement juridique sérieux, c’est de la gesticulation pour détourner les esprits du principal. Vincent Bolloré veut contourner la loi de 1881 sur la presse. Il a largement communiqué sur cette plainte pour faire peur. C’est un spécialiste des procédures contre la presse », aurait plaidé Me Jean Castelain. Sa consœur Juliette Felix aurait quant à elle rappelé que Vincent Bolloré poursuivrait « une vingtaine de médias en diffamation ».

Un reportage sur les activités du groupe en Afrique

Le groupe Bolloré n’a pas apprécié un portrait de l'industriel breton diffusé en 2016 dans Complément d’enquête, et revenant notamment sur les activités en Afrique du groupe. Comme le précise BFM Business, il reproche l’omission de plusieurs informations dans de reportage, comme de ne pas avoir dit que « le groupe Bolloré ne détient qu’une participation minoritaire de 38,8 % dans la Socapalm », exploitant des plantations en Afrique.

En parallèle de cette plainte, le groupe Bolloré a également porté plainte pour diffamation contre France 2, rapporte le site Puremédias. Une autre plainte aurait aussi été déposée par la Socapalm, au Cameroun. Concernant la plainte pour « dénigrement », la décision du tribunal devrait être connue le 12 juin prochain.