VIDEO. «ONPC»: Yann Moix s’insurge contre «l’apologie de Brigitte Bardot»

DEBAT « Elle préfère un caniche nain à un musulman », a fustigé le chroniqueur sur le plateau de France 2…

Anne Demoulin

— 

Yann Moix, sur ONPC le 29/04/17.
Yann Moix, sur ONPC le 29/04/17. — Capture d'écran France 2

Peut-on encore être ami ou admirer BB de nos jours ? Telle est la question qui a agité le plateau d’On n’est pas couchéce samedi. Laurent Ruquier recevait Philippe Lellouche, le metteur en scène de la pièce Moi non plus, radioscopie de l’idylle entre Bardot et Gainsbourg, actuellement au théâtre de la Madeleine à Paris, dans laquelle Mathilde Bisson y incarne Brigitte Bardot.

« Le mythe Bardot s’arrête en 1965 »

Les deux invités ont raconté leur rencontre avec la star de 83 ans et l’amitié qu’ils lui portent. Des propos « insupportables » pour Yann Moix qui estime qu’« on ne peut pas faire comme si Brigitte Bardot n’existait plus » et rappelle les propos racistes (elle a été condamnée pour incitation à la haine envers la communauté musulmane) ou homophobes de l’ancienne actrice. « Le mythe Bardot d’accord, mais il s’arrête en 1965. Je ne veux pas qu’on fasse l’apologie de Bardot », considère le chroniqueur.

« La femme la plus généreuse que j’aie rencontrée »

« Elle a le droit de dire ce qu’elle pense », défend Mathilde Bisson. « Ce n’est pas elle qui appelle les journalistes et qui dit “je veux donner mon avis sur la société”. On vient la chercher, elle a 83 ans. […]. C’est la femme la plus généreuse que j’aie rencontrée ». « Elle préfère un caniche nain à un musulman. Comment voulez-vous qu’elle soit généreuse avec les humains ? », rétorque le chroniqueur.

« Je ne pense pas que Mathilde Bisson [soit] émue par les valeurs de Brigitte Bardot. Elle est émue par Brigitte Bardot qui est une personne. Elle est Brigitte Bardot et le sera toujours. Même avec de la merde dans la tête par moments. », a tempéré Christine Angot.

« Tout seul » contre l’ensemble du plateau, Yann Moix affirme qu’il « n’arriverait pas à aller » rencontrer Brigitte Bardot. « Vous dites ça mais si je vous dis d’y aller, vous viendrez comme les autres ! », plaisante Laurent Ruquier pour clore le débat.