VIDEO. Le CSA lance une charte contre les stéréotypes sexistes dans la publicité

MEDIAS La charte vise à rééquilibrer les rôles des hommes et des femmes dans les messages publicitaires…

20 Minutes avec AFP

— 

Le logo du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).
Le logo du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). — THOMAS SAMSON / AFP

A l'initiative du CSA, plusieurs représentants des marques, des agences publicitaires et des régies ont signé mardi une charte d’engagements volontaires pour lutter contre la persistance de stéréotypes « sexistes, sexuels et sexués » dans les publicités. Les signataires sont l’Union des annonceurs (UDA), organisme qui représente les grandes marques, l’Association des agences conseil en communication (AACC), l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité et la filière de la communication.

>> Explosion des plaintes auprès du CSA: La télé dépasse-t-elle trop les bornes?

Cette initiative fait suite à la loi Égalité et citoyenneté de janvier 2017, qui a étendu les missions du CSA au respect de l'image des femmes dans les publicités à la télévision, en plus des programmes des chaînes qu’il contrôlait déjà. Dans la foulée, le CSA avait publié à l’automne dernier une étude montrant la persistance de stéréotypes sexistes dans les messages publicitaires, et s’était lancé dans l’élaboration de cette charte en concertation avec les professionnels du secteur et les marques.

Rééquilibrer les rôles des hommes et des femmes dans la publicité

« Les stéréotypes de rôle sont encore prégnants, a rappelé lors de la signature Sylvie Pierre-Brossolette, membre du CSA en charge des droits des femmes. Trop souvent, les publicités TV montrent des hommes pour parler d’automobile et des femmes pour vendre des produits d’entretien. Cette charte vise à rééquilibrer les rôles des hommes et des femmes dans ces messages publicitaires. »

La charte ne prévoit pas de sanctions, mais la publication d’un bilan annuel qui devrait encourager les bonnes pratiques et avoir un effet dissuasif sur les « mauvais élèves », le CSA pouvant en outre sanctionner au cas par cas toute publicité dégradante, avilissante ou excessivement sexiste. « Nous veillerons tous, professionnels de la publicité, au travers des différents engagements pris dans cette charte, à franchir une nouvelle étape pour une représentation plus équilibrée encore de la diversité dans notre société », a déclaré Jean-Luc Chetrit, président de l’UDA.