Un carton jaune pour «La Nouvelle Star»

Nadia Daam

— 

Thomas, candidat de «La Nouvelle Star 2008»
Thomas, candidat de «La Nouvelle Star 2008» — DR

Cette année, «La Nouvelle Star» n'est pas encore hors-jeu mais mériterait bien quelques cartons jaunes. Jeudi matin, «Le Parisien» lance le premier coup de sifflet et note que cette nouvelle édition «toussote». Si elle est encore loin de la grosse défaite de sa rivale la «Star Academy», le télé-crochet accuse une baisse d'audience sur ses cinq premières émissions et oscille entre 4 et 5 millions de téléspectateurs (alors que l'édition précédente culminait parfois à 6 millions).

Comme le souligne le quotidien, la programmation a été bousculée par la retransmission des matchs de foot. Mais il faut probablement chercher ailleurs les raisons ce début de désaffection d'un public qui était pourtant enclin à suivre l'ascension d'un futur Julien Doré.

Lenteur
La production l'a compris, le public veut des bons chanteurs mais aussi des casseroles. C'est pourquoi la première partie de l'émission consacrée au casting dans les villes de France a duré plus longtemps cette année, avec l'ajout de Strasbourg comme ville étape. Et ça lasse. Car rien ne ressemble plus à une casserole qu'une autre casserole. L'émission se traîne et les oreilles du public se lassent et sifflent au rythme des fausses notes. Bref, les blagues les plus courtes sont les meilleures.

Montage
Cette année, l'émission obéit au procédé utilisé par les sitcoms: le résumé du résumé. Certaines séquences peuvent se répéter deux à trois fois, et on a vite l'impression de n'avoir vu qu'un... résumé. Sans compter que la chaîne nous gratifie de moments "Star Academy" avec séquence émotions et sous-entendus lourdingues sur d'hypothétique rapports amoureux entre candidats (Cédric et Céline, «la Nouvelle Star va-t-elle les séparer?»). Or, ce qui avait fait le succès des précédentes «Nouvelle Star», c'est précisément le peu d'attention et de temps d'antenne qu'elle consacrait aux petites vies des aspirants chanteurs.

Téléphoné
Le suspens, ressort indispensable à ce type d'émission, n'est pas franchement de mise cette année. Facile de se faire un pronostic étayé par le parti pris, le montage des séquences et les reportages appuyés sur certains candidats. Malgré les promesses de rebondissements répétés à chaque fin d'émission, des coups de théâtre, il n'y en a pas. On sait très vite qui ira à Baltard, ce qui enlève du sel au jeu.

Mercredi soir, la production dégaine une nouveauté: la dernière étape du casting avant Baltard se déroulera sur une scène devant un public de 400 personnes. Dernière occasion pour les chanteurs de convaincre le jury, et pour la chaîne de nous convaincre de ne pas zapper.

>>> Pour lire tous nos articles sur la Nouvelle Star, cliquer ici

>>> La nouvelle star en live-blogging, c'est là

Nouvellestar
Et vous, qu'en pensez-vous? Avez-vous regardé les premières émissions?