Thierry Ardisson à Frédéric Beigbeder: «J'ai peur que la cocaïne t'ait bouffé le cerveau»

STAR CLASH Après Nagui, Thierry Ardisson répond à Frédéric Beigbeder, qui l'a « trahi » dans son dernier livre...

Anne Demoulin

— 

Thierry Ardisson sur le plateau de «Salut les terriens» sur C8
Thierry Ardisson sur le plateau de «Salut les terriens» sur C8 — C8

Thierry Ardisson  répond aux attaques de Frédéric Beigbeder. Alors que le dernier roman de l’écrivain, Une Vie sans fin, explore les techniques pour tendre vers l’immortalité, l’ancien chroniqueur du Grand journal de Canal + en profite pour tailler un costume à certaines personnalités du PAF. Après Nagui, au sujet duquel Frédéric Beigbeder a écrit qu’il était « prêt à animer n’importe quel jeu débile », c’est au tour de Thierry Ardisson de répondre aux attaques de l’auteur, via un communiqué, que s’est procuré Le Parisien.

« J’ai peur que la cocaïne t’ait bouffé le cerveau »

Frédéric Beigbeder n’avait pas ménagé l’animateur de Salut les terriens sur C8 : « Alors que Thierry Ardisson rêvait d’être écrivain, rien de ce qu’il prononce n’est de lui : ses prompteurs, ses blagues et ses questions sont rédigés par des pigistes, rappelle l’auteur. Tout ce qu’a fait Thierry Ardisson, depuis 30 ans, c’est lire des textes écrits par d’autres. Il n’est pas surprenant que son obsession consiste désormais à éditer des coffrets de compilations de ses vieilles émissions - ce romancier frustré souhaite à tout prix occuper une place sur votre étagère. »

« Frédéric, j’ai peur que la cocaïne t’ait bouffé le cerveau… », attaque d’emblée Thierry Ardisson, qui rappelle ensuite à Frédéric Beigbeder qu’il a fait ses débuts télévisés dans son émission Rive droite/Rive gauche et qu’il « a été l’éditeur de l’un de [ses] deux numéros 1 des ventes, Confessions d’un baby-boomer ».

« Bravo pour le buzz »

« Quant à mon travail, j’espère que les enquêtes de ton livre sont plus sérieuses. Trois coups de fil t’auraient permis de vérifier que je travaille toujours autant », poursuit Thierry Ardisson. L’animateur conclut par une pique : « Une fois de plus, tu as trahi un ami ». En post-scriptum l’homme en noir écrit : « Bravo pour le buzz, j’imagine que tu en avais besoin pour ton livre. »