«Gare au Garou», «Destination Eurovision»... Et si France 2 avait trouvé son nouveau «monsieur divertissement»?

DANS LE VEEEEENT Le chanteur québécois multiplie les expériences de présentateur sur France 2...

F.R.

— 

Garou anime «Destination Eurovision» sur France 2.
Garou anime «Destination Eurovision» sur France 2. — GUYON Nathalie
  • Garou a présenté les émissions spéciales Fête de la musique sur France 2 en 2016 et 2017, réunissant quelque 2,7 millions de téléspectateurs.
  • La chaîne lui a « ouvert grandement la porte », confie le chanteur qui a animé jeudi « gare au Garou » et s’apprête à présenter « Destination Eurovision » le temps de trois soirées.
  • Garou dit ne pas avoir de plan de carrière d’animateur, mais si le succès est au rendez-vous de « Destination Eurovision », il pourrait bien devenir le nouveau visage phare des divertissements de la chaîne.

Jeudi soir, Gare au Garou a été regardé par 2,1 millions de téléspectateurs sur France 2, soit une part d’audience de 9,9 %. Le divertissement inédit de la chaîne a été devancé par trois films : Cendrillon (4.2 millions de téléspectateurs sur M6), Une rencontre (3,9 millions sur TF1) et Le Seigneur des anneaux – Le retour du roi (2,2 millions sur France 3).

Une contre-performance toute relative – on est loin de la catastrophe industrielle et ce score est dans les clous avec ceux réalisés ces dernières semaines par Envoyé Spécial sur la même case – qui ne devrait pas égratigner la confiance que France 2 accorde au chanteur québécois. Garou pourrait d’ailleurs bien devenir la nouvelle figure phare des divertissements de la chaîne.

L’an passé, il animait pour la deuxième année consécutive l’émission spéciale Fête de la musique en direct de Toulouse, réunissant au passage 2,74 millions de personnes devant leur petit écran. Un résultat en progression de 100.000 téléspectateurs par rapport à son baptême du feu en 2016. « Je n’ai jamais eu l’impression que j’animais un show », confiait récemment Garou au site de TV Magazine. Il n’empêche, le service public a gardé l’apprenti présentateur dans son radar. Car, comme le lui a dit Marie Genest, la directrice de l’unité divertissements de France 2 lors de la préparation de Gare au Garou, la volonté est de « redonner les clés de la télé aux artistes ».

« On m’a ouvert grandement la porte », confirme l’artiste à Télé Loisirs avant de préciser qu’être le « monsieur divertissement » de la télévision publique « n’est pas [son] objectif » et qu’« il est encore trop tôt pour [qu’il se] projette en tant que tel ».

Pas de plan de carrière

La prochaine échéance arrivera bien vite puisqu’il sera, dès le 13 janvier, et pour trois samedis soir d’affilée l’animateur de Destination Eurovision, le télécrochet que lance la chaîne pour désigner le candidat tricolore qui représentera la France en finale du concours de chansons, en mai, au Portugal. « J’ai envie que le show soit fun tout en le prenant au sérieux. Je l’animerai sans parti pris », a prévenu le Canadien lors de la conférence de presse.

Ces trois émissions, dont la finale en direct du 27 janvier, feront office de véritable test pour mesurer l’adhésion du public au Garou présentateur. Lui, affirme cette semaine dans les colonnes de TV Magazine se sentir « légitime à la barre d’une émission comme ça ». Si cela ne fonctionne pas, celui qui n’a « jamais eu de plan de carrière d’animateur » ne restera pas sur la touche puisqu’il s’apprête à être coach dans la version québécoise de The Voice.

Mais en cas de succès, on devrait le revoir très prochainement en monsieur loyal musical sur France 2. D’autant plus qu’il n’a ni album ni tournée à son agenda cette année. La chaîne, elle, pourrait avoir trouvé son alternative à l’indéboulonnable Michel Drucker et à celui avec lequel le désamour semble entamé, Patrick Sébastien.