«TPMP» : Benjamin Biolay menace de gifler Gilles Verdez

POLÉMIQUE Le chroniqueur de «Touche pas à mon poste» a jugé que le juré de «Nouvelle Star» était «un tocard», «nul»…

B.Ch.

— 

Benjamin Biolay le 15 novembre 2017
Benjamin Biolay le 15 novembre 2017 — Melville/SilverHub/SIPA

Entre Gilles Verdez en particulier - et Touche pas à mon poste en général - et la Nouvelle Star, c’est une longue histoire. Cyril Hanouna a présenté plusieurs éditions du show, à l’époque sur D8. Puis les chroniqueurs de l’émission ont pris le programme en grippe, surtout lors de sa dernière édition, présentée par Laurie Cholewa. Le tout a culminé lors du fameux épisode de la baffe de JoeyStarr à Gilles Verdez, lors d’une séquence en direct et en coulisses. Le psychodrame qui en avait suivi est digne de figurer dans les annales de la télévision.

>> A lire aussi : «TPMP»: Agathe Auproux ne quitte pas l'émission, son «pauvre tweet» était bidon

Désormais de retour sur M6, la Nouvelle Star n’a pas rencontré le succès escompté. Interrogé sur le programme, mercredi, au soir de la finale, Gilles Verdez n’a pas mâché ses mots, et a jugé sévèrement le nouveau jury : « Ce sont des tocards. Ils ont coulé le programme. Ils sont nuls. »

Viens goûter mon soufflet

Benjamin Biolay semble avoir eu vent de cette analyse puisqu’il a fait une petite dédicace à Gilles Verdez lors du direct l’accusant, pour rire, d’avoir saboté sa chaise défectueuse. Mais jeudi, c’est sur un ton plus belliqueux que le chanteur a réagi, sur Instagram. Avec une photo de la fameuse gifle à Gilles Verdez, il écrit : « Bonjour Gilles Verdez, tu as aimé Le soufflet Morville, Tu vas adorer La suite… bisous mes petites beautés. »

>> A lire aussi : Coup de téléphone à Macron: Une énième tentative de Cyril Hanouna pour redorer son image?

Le jeu des références est subtil. Le « soufflet Morville » cite le nom de famille de JoeyStarr. Et la dédicace « bisous mes petites beautés » emprunte au lexique de Cyril Hanouna. La menace physique est donc à peine voilée. Espérons que, en cette veille de trêve des confiseurs, tout cela restera des paroles en l’air…