VIDEO. Stéphane Guillon assume sa blague contre Nicolas Dupont-Aignan et s'en prend aux médias

POLEMIQUE L'humoriste regrette juste d'avoir fait de Nicolas Dupont-Aignan «une victime» selon lui...

V. J.

— 

L'humoriste Stéphane Guillon
L'humoriste Stéphane Guillon — BALTEL/SIPA

Ces deux-là se font la guerre par médias interposés. Lors de la dernière présidentielle, Stéphane Guillon avait tenté un rapprochement hasardeux entre le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen et le décès de sa mère : « Je me suis dit que ma mère aurait fait la même chose si je m’étais engagé aux côtés de Marine Le Pen, et si j’avais déclaré être son Premier ministre, vouloir travailler avec elle : je pense que ma mère se serait aussi laissé mourir comme Madame Dupont-Aignan. »

>> Présidentielle: Stéphane Guillon ironise sur le décès de la mère de Dupont-Aignan

« J’ai rendu hommage à sa maman en fait »

Outré, le président de Debout la France avait réagi en septembre sur le plateau de Salut les terriens, où l’humoriste n’est alors plus chroniqueur :  « Je lui bute la gueule si je le vois. »

Round 3, lundi matin sur LCI. Invité d’Audrey Crespo-Mara, Stéphane Guillon a précisé que si une plainte avait été déposée contre lui, elle ne concernait pas ces propos. Des propos qu’il assume encore aujourd’hui : « Ses parents étaient de grands résistants. Marine Le Pen s’est promenée au bras d’un ancien nazi. J’ai juste dit que ma mère serait morte de chagrin comme la sienne. J’ai rendu hommage à sa maman en fait. »

>> «Salut les terriens»: Nicolas Dupont-Aignan tacle violemment Stéphane Guillon

« J’aurais mieux fait de fermer ma bouche »

«Nicolas Dupont-Aignan quelqu’un est en mal de publicité. Il en a besoin pour exister », a poursuivi le sniper, avant de s’en prendre aux médias : « Ils titrent : "Stéphane Guillon insulte la mère de Dupont-Aignan qui vient de mourir", évidemment, ramené à cela, tout le monde se dit que Stéphane Guillon est un petit con. »

L’humoriste a fini par dire qu’il aurait peut-être « mieux fait de fermer sa bouche », non pas pour avoir fait cette blague mais pour avoir fait de Nicolas Dupont-Aignan « une victime ».