VIDEO. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel dément avoir obligé Raquel Garrido à quitter la politique

MEDIAS Selon le CSA, Raquel Garrido a présenté une version biaisée de son retrait de la politique au profit de ses chroniques chez Thierry Ardisson…

V. J.

— 

Raquel Garrido et Jean-Luc Mélenchon
Raquel Garrido et Jean-Luc Mélenchon — THOMAS SAMSON / AFP

Si Raquel Garrido a choisi la télévision plutôt que la politique, c’est que le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) l’a exigé, confiait l’Insoumise dans le JDD ce week-end : « Le CSA m’a placée devant un dilemme. Soit renoncer à mon engagement politique, soit être décomptée France insoumise. »

>> A lire aussi : C'est officiel, l'Insoumise Raquel Garrido «tourne la page» de la politique

Autre son de cloche du côté du CSA : « Nous n’avons rien exigé de madame Garrido, s’en explique-t-il dans Le Lab politique d’Europe 1. Nous n’avons évidemment rien demandé. C’est une décision personnelle. »

« C’est à la chaîne de prendre ses décisions »

Le CSA confirme n’avoir émis aucun avis ou recommandation. Au contraire, c’est la société de production des Terriens du dimanche qui a contacté l’institution pour savoir si le temps de parole de Raquel Garrido serait comptabilisé comme du temps de parole politique : « Nous leur avons confirmé que ce serait compté de la sorte, que c’était la règle. On applique les règles, point. Ensuite, c’est à l’éditeur ou à la personne concernée de prendre leurs décisions. »

>> A lire aussi : Qui est Raquel Garrido, l'insoumise par qui vient la polémique?

« Nous travaillons sur du déclaratif et nous vérifions a posteriori, complète et conclut le CSA. Ce sont les éditeurs qui font le décompte et nous donnent leurs informations. En l’occurrence, C8 nous avait envoyé ses relevés présentant la chronique de Raquel Garrido comme estampillée La France insoumise. »