«Chasseurs d'appart» de Stéphane Plaza visée par le CSA pour sexisme

POLEMIQUE Le CSA belge a ouvert une procédure, et l'émission est «mise sous surveillance» en France...

20 Minutes avec AFP

— 

"Chasseurs d'appart'", l'émission d'access prime time de M6 présentée par Stéphane Plaza.
"Chasseurs d'appart'", l'émission d'access prime time de M6 présentée par Stéphane Plaza. — PIERRE OLIVIER/M6

Fini les remarques sexistes de Stéphane Plaza ? Le CSA belge a ouvert une procédure pour « possible atteinte au respect de l’égalité entre les femmes et les hommes » contre la chaîne RTL TVI, après la diffusion de l’émission de M6, Chasseurs d’appart - Le choc des champions.

>> «Recherche appartement ou maison»: Une candidate dévoile les mises en scène de la production

«Le sexisme véhiculé tout au long de l’émission»

Le régulateur audiovisuel belge a été saisi après la plainte d’une téléspectatrice qui dénonce le «sexisme  véhiculé tout au long de l’émission », et particulièrement « l’attitude de l’animateur Stéphane Plaza à l’encontre des femmes durant le programme, ainsi que les choix éditoriaux opérés par l’émission pour présenter les femmes ».

Après une première analyse, l’instance a ouvert une instruction, relevant que « de nombreux passages du programme posent question en termes de sexisme et de représentation des femmes », notamment « des propos et attitudes de l’animateur, des remarques des concurrents masculins, des commentaires de la voix off souvent accompagnés de montages visuels et sonores qui les appuient ».

>> A lire aussi : Un candidat de «chasseurs d'appart» attaque l'émission de Stéphane Plaza

L'émission sous surveillance en France

En Belgique, un décret de juillet 2016 de la Fédération Wallonie-Bruxelles interdit les programmes portant atteinte au respect de l’égalité entre les femmes et les hommes. Si cette première instruction conclut à une infraction, le dossier passera par une deuxième instance du CSA belge qui décidera d’une éventuelle sanction contre la chaîne.

Selon le HuffingtonPost, l'émission de Stéphane Plaza est «mise sous surveillance» depuis septembre par le CSA français, après une quinzaine de signalements : «On a considéré à l'époque qu'il n'y avait pas assez d'éléments de droit et que ça pouvait être un dérapage à caractère humoristique et occasionnel. Mais ça a été une alerte pour nous. Le conseil a ensuite été saisi par les téléspectateurs lors de la diffusion d'autres épisodes. Ces alertes régulières sur ce programme ont poussé le CSA à s'auto-saisir. Si le sexisme devient un ressort éditorial, ça peut poser problème.»