Anne-Sophie Lapix : Sur le JT de France 2, elle gagne moins d’argent que sur «C à vous»

SALAIRE Lorsqu’elle était sur France 5, la journaliste a expliqué qu’elle n’était pas payée par la chaîne publique mais par une société de production privée…

20 Minutes avec agence

— 

Anne-Sophie Lapix est désormais aux manettes de JT de 20 heures sur France 2.
Anne-Sophie Lapix est désormais aux manettes de JT de 20 heures sur France 2. — PJB/SIPA

Si Anne-Sophie Lapix a refusé de donner le montant de son salaire en tant que présentatrice du JT du 20 heures de France 2, la journaliste a confié qu’elle gagnait désormais moins d’argent que lorsqu’elle était aux manettes de C à vous. Car sur France 5, ce n’est pas la chaîne qui rémunérait la présentatrice.

Salariée d’une boîte de production

Dans une interview à Télé 2 semaines publiée ce dimanche, Anne-Sophie Lapix explique que sur l’émission, aujourd’hui présentée par Anne-Élisabeth Lemoine, elle était « salariée d’une boîte de produc­tion ».

>> A lire aussi : Anne-Sophie Lapix a refusé de coanimer avec Léa Salamé «L'Emission politique»

Elle ajoute : « Et c’est la règle quand on passe du privé au public… Les personnes qui vont travailler au 20 heures ne cherchent pas à être mieux payées ». Voilà pourquoi celle qui a succédé à David Pujadas il y a un peu plus de deux mois « gagne moins ».

« Apporter un peu plus de chaleur »

Quant à sa prestation à la présentation du JT, la journaliste pense avoir encore une marge de progression. « Ce n’est pas évident d’avoir une grande aisance sur ce plateau, c’est une vraie cathé­drale. Aujourd’­hui, je voudrais pouvoir appor­ter un petit peu plus de chaleur à la présen­ta­tion. Pour l’ins­tant, je n’y suis pas et je ne sais pas telle­ment par quel bout le prendre », reconnaît l’intéressée.

>> A lire aussi : Patrick Poivre d'Arvor n'a plus jamais regardé un JT depuis son départ de TF1

Evoquant les téléspectateurs et les membres de sa rédaction, Anne-Sophie Lapix estime enfin qu’« il y a deux publics à convaincre. Et, a priori, j’ai passé le premier cap. C’est l’es­sen­tiel ».