«20 Minutes» en 1984: Canal Plus, la toute première chaîne payante, trouvera-t-elle son public?

TSCH CRICRK A l’occasion de la saison 2 de « Stranger Things », qui débarque sur Netflix, « 20 Minutes » fait un voyage dans le temps, direction le 27 octobre 1984, et imagine les articles que le service culture aurait signés ce jour-là…

Clio Weickert

— 

Michel Denisot et Patrick Poivre d'Arvor font le pari d'une chaîne payante: Canal+
Michel Denisot et Patrick Poivre d'Arvor font le pari d'une chaîne payante: Canal+ — REBOURS/SIPA

Le pari le plus fou de la décennie. Dans quelques jours, le 4 novembre pour être précis, aura lieu une grande première en France : la naissance d’une chaîne payante. TF1, Antenne 2 et FR3 accueilleront donc une nouvelle petite sœur : Canal Plus, dirigée par Pierre Lescure (auparavant directeur de la rédaction d’Antenne 2). Bien que généraliste, cette « chaîne à péage », telle qu’on l’appelle déjà, devrait faire la part belle à la culture, et plus exactement au cinéma. Une bonne idée, sur le papier. Mais concrètement, les téléspectateurs seront-ils prêts à sortir le porte-monnaie pour regarder la télé ?

>> A lire aussi: Canal+: Vers des pertes de 475 millions d’euros en 2017? (on se projette à long terme)

Un abonnement mensuel et un décodeur 

L’idée est quelque peu fantaisiste, voire carrément audacieuse, mais bien réelle. Dans une semaine, vous pourrez payer pour avoir accès à une chaîne de télé. Pour cela, il vous faudra débourser 120 francs par mois, et déposer une caution de 420 francs qui vous sera remboursée lors de la restitution du décodeur (une sorte de petite boîte qui vous ouvrira les portes de Canal Plus). De même, chaque mois, vous devrez introduire dans cette petite boîte, 8 chiffres qui vont donneront accès à ces programmes (si bien entendu, vous vous situez dans la zone de diffusion).

Un abonnement qui représente un véritable investissement, il faut le reconnaître. Mais comme l’a révélé le magazine Starfix du mois d’octobre, Philippe Ramond, patron commercial de la chaîne, assure que l’objectif de 200.000 abonnés pour le lancement, serait déjà atteint. Il faut dire que l’offre est plutôt alléchante.

Du cinéma dans son canapé

La promesse de Canal Plus ? Du grand cinéma, tout frais, et chez vous. « Plus de 50 % du temps d’antenne », précise Pierre Lescure à Starfix, dont des films, une émission de promo du cinéma présentée par  Michel Denisot chaque matin de 7h à 9h, une autre spécialisée rock le soir que proposera Antoine de Caunes, une émission sur les people de 19h45 à 20 h en clair (c’est-à-dire sans le décodeur, accessible à tout le monde), des magazines sur le 7e art… Bref, du cinéma en veux-tu, en voilà !

Et pas n’importe lequel. « Canal Plus, ce n’est pas une nouvelle chaîne du cinéma à côté des autres, Canal Plus, c’est le cinéma », a assuré un responsable de la chaîne à Starfix. En d’autres termes, pas le cinéma des années 1950 mais le cinéma d’aujourd’hui… La preuve, parmi les 26 premiers films proposés, se trouvent L’as des as de Gérard Oury, Pauline à la plage d’Eric Rohmer, Creepshow de George Romero ou encore Danton d’Andrzej Wajda.

La mort du cinéma ?

Permettez-nous d’émettre quelques réserves. Le cinéma, dans son salon, une initiative intéressante et plutôt confortable, mais est-ce bien raisonnable ? En effet, les professionnels du cinéma s’inquiètent déjà des répercussions à terme sur la fréquentation des salles obscures… Ne risque-t-on pas, nous, petits téléspectateurs, de participer au meurtre du 7e art, par pure paresse ?

De même, le cinéma a-t-il vraiment sa place à la télévision finalement ? Et pourquoi pas du cinéma pornographique le samedi soir, tant qu’on y est ?

>> A lire aussi: Audiences TV, le porno, une valeur sûre de Canal+