Gordon Ramsay dénonce l’usage de la drogue dans la restauration

DROGUE La clientèle est en première ligne…

20 Minutes avec agences

— 

Le chef Gordon Ramsay
Le chef Gordon Ramsay — WENN

Le célèbre chef britannique de Cauchemar en cuisine, Gordon Ramsay, brise l’omerta sur un comportement qui toucherait toute l’industrie de la restauration. Dans un entretien relayé par le Guardian, Gordon Ramsay n’hésite pas à raconter quelques anecdotes qui illustrent le l’usage de la drogue dans la restauration.

Invité aux fourneaux d’un gala de charité, un couple est allé le trouver pour lui adresser une petite requête culinaire. « Au moment du dessert, ils m’ont dit : "Ecoutez, tout le monde est heureux que vous soyez là, mais pourriez-vous faire un soufflé comme vous n’en avez jamais fait, en mélangeant du sucre glace avec de la cocaïne et saupoudrez le tout dessus ?" », confie-t-il. Hors de question pour Gordon Ramsay qui a su trouver la parade sans avoir à froisser les convives du gala en faisant caraméliser le sucre. Ainsi personne ne pouvait se rendre compte s’il y en avait ou pas.

Le client est roi 

Pire encore quand le client d’un de ses restaurants est parti avec une assiette dans les toilettes pour y aligner quelques traces de cocaïne, demandant ensuite qu’on lui en donne une propre. « C’est à partir de là que s’est posé le dilemme : jusqu’où ça va aller et la pression subie par les restaurants face aux clients », ajoute-t-il.

Tonight it all begins !!! Are you ready for an All Star season of #HellsKitchen ?? See you at 8/7c Gx

A post shared by Gordon Ramsay (@gordongram) on

D’autant que le problème a déjà touché personnellement Gordon Ramsay. Il rappelle qu’un de ses chefs, David Dempsey, est mort en 2003 après avoir consommé de la cocaïne. Il est également sans nouvelles de son propre frère, héroïnomane de longue date qu’on a vu pour la dernière fois en train de mendier au Portugal.

Un pavé dans le marre dont on ne peut dire s’il aura de quelconques répercussions. Toujours est-il que la British Hospitality Association a préféré ne pas commenter ces allégations.