Levothyrox: Le coup de gueule d'Anny Duperey contre Elise Lucet et «Envoyé spécial»

POLEMIQUE La comédienne de 70 ans regrette d’avoir participé à un reportage sur le Levothyrox, trop complaisant selon elle avec la version officielle du gouvernement…

V. J.

— 

L'actrice Anny Duperey en 2016.
L'actrice Anny Duperey en 2016. — IBO/SIPA

Dans l’affaire de l’ancien et nouveau Levothyrox, la voix d’Anny Duperey compte. Atteinte de problèmes de la thyroïde depuis plus d’une décennie, l’actrice de 70 ans a pris publiquement position contre la nouvelle formule du médicament, et ses effets secondaires, et pour le retour de l’ancien Levothyrox. Anny Duperey participait ainsi au reportage « Levothyrox, fiasco sur ordonnance » diffusé jeudi soir dansEnvoyé spécial sur France 2. Mais elle regrette.

>> A lire aussi : «Rendez-nous l’ancien Levothyrox», le cri du coeur de la comédienne Anny Duperey

« Je suis outrée »

En effet, la comédienne a adressé une lettre ouverte, postée également sur Facebook, à l’animatrice de l’émission,Elise Lucet. « Depuis la diffusion de votre reportage sur "L’affaire du Levothyrox", j’essaie de me calmer. 5 h du matin, c’est pire : je suis outrée ! Je regrette profondément de vous avoir appelée, et d’y avoir participé », écrit-elle.

« Ce n’est pas un reportage pour un mieux, un éclaircissement, le résultat est un pire : tous ces gens en détresse, en profond mal-être, qui ont participé de confiance en vous apportant leur témoignage, vont se sentir encore un peu plus trahis. Durant les trois quarts de l’émission, vous chantez de concert avec la version officielle : tout cela est un problème de communication, de non-accompagnement du changement, de transition mal préparée. »

>> A lire aussi : Sept questions pour comprendre la polémique du scandale Levothyrox

La question cruciale non posée

Pour Anny Duperey, Elise Lucet résume l’affaire du Levothyrox à « un problème de bureaucratie française », ne se met pas assez à la place des malades et ne pose pas la question cruciale des effets secondaires : « Qu’est-ce qu’il y a dans cette nouvelle formule qui rend les gens absolument malades ? » Et de conclure : « A pleurer. »