«On n'est pas couché»: Christine Angot quitte le plateau en pleine émission

TELEVISION Une séquence, si elle n'est pas coupée, à voir samedi prochain...

V. J.

— 

Christine Angot publie « Un amour impossible » (Flammarion, 2015)
Christine Angot publie « Un amour impossible » (Flammarion, 2015) — Jean-Luc Bertini

Un mois après son arrivée dans On n’est pas couché, on a notre « affaire » Christine Angot. C’est aussi pour ça que Laurent Ruquier l’a embauchée. Peut-être. Un peu. L’écrivaine et nouvelle chroniqueuse au côté de Yann Moix a fait parler d’elle jeudi soir, lors de l’enregistrement de l’émission de samedi soir, en quittant le plateau avec perte et fracas. Traduction : elle a jeté ses fiches et son verre d’eau. Que s’est-il passé exactement ?

>> «On n'est pas couché»: Francis Huster dévoile un lourd secret et clashe Yann Moix

« Vous ne pouvez pas parler au nom de toutes les femmes »

L’Express fait le récit de cette séquence, qui prend son origine dans un clash entre Christine Angot et Sandrine Rousseau, ex-cadre du parti Europe Écologie-Les Verts et auteure du livre Parler, où elle relate l’agression sexuelle dont elle a été victime de la part de Denis Baupin.

C’est lorsque l’animateur évoque les violences faites aux femmes et l’association de Sandrine Rousseau « pour donner aux femmes des outils pour se faire entendre », que Christine Angot a pris à partie l’invitée : « Vous ne pouvez pas parler au nom de toutes les femmes, vous auriez dû dire "je". On ne peut parler que de son viol. »

>> «On n'est pas couché»: Christine Angot et Yann Moix, le duo de l'enfer pour les invités?

Vingt minutes d’interruption

Face à cette réaction épidermique, qui s’explique par le fait que Christine Angot est elle-même une victime de viol, le public a hué la chroniqueuse, qui a décidé de quitter le plateau et de regagner sa loge. L’enregistrement s’est interrompu pendant une vingtaine de minutes, avant que Laurent Ruquier ne la convainque de reprendre sa place au côté de Yann Moix.

C’est ce dernier qui a alors attaqué l’invitée, cette fois pour « le manque de réalisme » (!) dans la description de son agression. Sandrine Rousseau aurait terminé l’interview en larmes. Contactés par 20 Minutes, Tout sur l’écran, producteur d’ONPC, et Sandrine Rousseau n’ont pour l’instant pas donné suite.