Nagui: L'animateur raconte sa longue traversée du désert, «Il m'ar­ri­vait de pleu­rer»

MEDIAS « Le télé­phone ne sonnait plus. Il m’ar­ri­vait de pleu­rer en me disant que c’était foutu », a confié l’animateur vedette de France 2…

20 Minutes avec agence

— 

S'il cartonne aujourd'hui sur France 2, Nagui a connu une longue traversée du désert au début des années 2000.
S'il cartonne aujourd'hui sur France 2, Nagui a connu une longue traversée du désert au début des années 2000. — David Niviere /FTV

Alors que son émission N’oubliez pas les paroles cartonne « comme jamais » en access prime time sur France 2, difficile d’imaginer que Nagui a touché le fond il y a une quinzaine d’années.

Pourtant, c’est ce que l’animateur a confié au Parisien au cours d’un entretien publié ce vendredi. Après avoir été aux commandes de Nulle Part Ailleurs, au début des années 2000, Nagui a connu une véritable traversée du désert, qu’il a vécue comme un traumatisme.

>> A lire aussi : Nagui et Michel Cymes animateurs préférés des Français, Hanouna loin (très loin)

« J’ai brutalement été persona non grata »

Il s’est remémoré cette période difficile, qui a duré de 2000 à 2004. « J’ai brutalement été persona non grata. Ça a été très violent. Je n’oublierai jamais les quatre ans après Nulle part ailleurs. »

Sa cote de popularité était au plus bas après son départ de Canal +. « Le téléphone ne sonnait plus, se souvient-il. Il m’arrivait de pleurer en me disant que c’était foutu. J’étais comme un petit garçon exclu de l’école. »

« Mon contrat n’est pas si démesuré que ça »

Cette expérience permet aujourd’hui à l’animateur de 55 ans de garder la tête froide face au succès. Après 34 années de carrière, Nagui réfute d’ailleurs être favorisé au sein de France Télévisions. « Mon contrat n’est pas si démesuré que ça, a-t-il précisé. Ce n’est pas comme si j’avais les clés de la maison. »

N’oubliez pas les paroles attire près de 3,2 millions de téléspectateurs en début de soirée. Nagui peut désormais se vanter d’être passé devant TF1 sur ce créneau horaire.

>> A lire aussi : «Je t'aime, etc.»: «Je n'ai rien à foutre des commentaires négatifs», clame Daphné Bürki