Jean-Pierre Pernaut assume sa déclaration sur les migrants au JT: «Si j'avais à le redire demain, je le redirais»

POLEMIQUE Le CSA avait rappelé à l’ordre TF1 pour une comparaison polémique du présentateur entre les SDF et les migrants dans son JT de 13 h…

V. J.

— 

Jean-Pierre Pernaut, présentateur du « 13 Heures » de TF1.
Jean-Pierre Pernaut, présentateur du « 13 Heures » de TF1. — JULIEN CAUVIN / TF1

« Voilà, plus de place pour les sans-abri mais en même temps, les centres pour migrants continuent à ouvrir partout en France. » Cette phrase, une transition entre deux reportages, Jean-Pierre Pernaut l’a prononcée dans l’un de ses JT de novembre dernier, et a bien sûr provoqué un tollé. Le CSA avait même rappelé TF1 à l’ordre et « regretté la formulation choisie par le journaliste, de nature à sous-entendre que les migrants seraient privilégiés par les autorités publiques ».

>> A lire aussi : Le journaliste Jean-Pierre Pernaut oppose les migrants et les sans-abri dans son JT

« J’ai mis les deux informations côte à côte »

Polémique ou pas, mise en garde ou pas, le présentateur assume. Invité de Thierry Ardisson dans Salut les Terriens samedi soir, il a affirmé avoir fait comme d’habitude : « Quand on met des informations côte à côte dans un journal, c’est en fonction de ce qu’elles sont et pas en fonction d’une certaine bien-pensance. On ouvre sur la campagne hivernale avec des SDF qui pleurent parce qu’il n’y a pas de place et le même jour on ouvre un camp de migrants à Paris. J’ai mis les deux informations côte à côte. Conclusion, on m’a accusé de vouloir les mettre en opposition. »

>> A lire aussi : Jean-Pierre Pernaut, chouchou des internautes d’extrême droite après sa déclaration au JT

En plateau, Laurent Baffie l’a accusé d’être sorti de son rôlé de présentateur avec cette transition, d’avoir émis une opinion. Mais Jean-Pierre Pernaut ne l’entend pas de cette oreille, il a d’ailleurs précisé : « Si j’avais à le redire demain, je le redirais. Je n’ai fait que mon métier. »