La photo de classe des chroniqueurs de «TPMP» pour la saison 2017/2018.
La photo de classe des chroniqueurs de «TPMP» pour la saison 2017/2018. — Cyrille GEORGE JERUSALMI / C8

BABA

«TPMP»: Des changements mais pas de bouleversements pour le retour de Cyril Hanouna sur C8

«Touche pas à mon poste!» a fait sa rentrée lundi avec quelques changements, mais pas de grosse surprise...

Nouveau décor, nouveaux chroniqueurs, nouvelles séquences… Comme promis, TPMP s’est refait une beauté pendant l’été, mais le fond reste le même. Pour faire oublier les (grosses) polémiques de l’année dernière, Cyril Hanouna a choisi d’ouvrir la saison sur un clip prônant la tolérance, en y mettant sa touche d’humour personnelle. La chanson ? We are TPMP.

Comme prévu, le nouveau décor, installé sur l’ancien plateau du Grand Journal de Canal +, est plus petit et plus chaleureux. L’émission a commencé par un live de la chanteuse Rita Ora, venue mettre l’ambiance sur le plateau. Autour de la table des chroniqueurs, pour ce premier numéro, on a retrouvé Valérie Benaïm, Jean-Luc Lemoine, Jean-Michel Maire, Maxime Guény, Isabelle Morini-Bosc et Agathe Auproux. Trois nouveaux complétaient le tableau : Dominique Farrugia, Pierre Ménès et Rachid Arhab.

Nouvelles chroniques et pastilles

Les téléspectateurs ont pu découvrir Les Chiffres de Monsieur Morin, la chronique de Louis Morin sur les chiffres insolites et les audiences sur les autres animateurs. Pas vraiment une réussite… Camille Combal anime Le 19h55, copie conforme de sa chronique de l’année dernière avec le meilleur du web et de la télé. Et sa séquence Il en pense quoi ton frère ? fait son retour.

Nouvelle séquence, Touche pas à mes TT a pour principe de reprendre les trois infos qui ont le plus buzzé sur les réseaux sociaux pour créer un débat sur le sujet autour de la table. Suivent Le Scoop du jour de Maxime Guény, Le Match du poste et Tom Villa et sa séquence Sans mensonges – un sketch humoristique.

Le retour des canulars

Greg Guillotin a pour mission de piéger les chroniqueurs. Première victime : Benjamin Castaldi auquel il a fait croire qu’il était en charge de changer l’image de l’émission sur le Web. Il a, pour ce faire, incarné un personnage imbuvable qui estimait que sa carrière était presque finie. Une séquence coupée avant la fin parce qu’elle a été divisée en épisodes pour faire durer le suspense.

Cette nouvelle formule est plutôt une réussite sur le plan des audiences : le numéro de rentrée de Touche pas à mon poste a attiré 1,275 million de téléspectateurs (6,7 % de part d’audience) à 19h10, et 1,347 million de personnes (5,5 % de PDA) pour la seconde partie à 20h10.