Yves Calvi est aux commandes de «L'info du vrai», le nouveau rendez-vous access de Canal+
Yves Calvi est aux commandes de «L'info du vrai», le nouveau rendez-vous access de Canal+ — CANAL+

RENTRÉE TV

«L'info du vrai»: Canal+ relance son access avec Yves Calvi, mais n'est-il pas trop tard?

L'ancien animateur de «C dans l'air» doit ressusciter une case laissée pour morte face à la concurrence de «TPMP» et «Quotidien», avec moins de 100.000 téléspectateurs...

Impossible de ne pas avoir un petit pincement au cœur en repensant à l’âge d’or de Canal +, aux meilleures heures de Nulle part ailleurs et du Grand Journal. Or, qui, aujourd’hui, attend le retour des Guignols et de Catherine & Liliane ? Ah vous ne saviez pas, ils existent encore et font leur rentrée ce lundi dans le nouvel access de la chaîne payante à partir de 18h20, une émission animée par Yves Calvi et intitulée L’info du vrai.

>> A lire aussi : Yves Calvi et LCI, c'est presque déjà fini

Une case sous les 100.000 téléspectateurs

En moins de deux ans Vincent Bolloré aura « réussi » à complètement changer la grille des programmes de Canal +, et avec elle, les habitudes de ses téléspectateurs et abonnés. Enfin, ce qu’il en reste. On compte moins de cinq millions d’abonnés directs, auxquels il faut tout de même ajouter trois millions via les partenariats avec Orange et Free, et Le Grand Journal était passé de 2 millions de fidèles à moins de 100.000 lors de sa dernière saison, une saison avortée puisque l’émission avait fait ses adieux dès mars.

>> «Le Grand Journal» s'arrête: Une tragédie télévisuelle en cinq actes

Un défi immense

Le défi de L’info du vrai est donc immense. Ce nouveau rendez-vous doit imposer Yves Calvi comme une nouvelle tête de l’access, aux côtés de Cyril Hanouna, Yann Barthès et Anne-Elizabeth Lemoine, et servir de vitrine en clair au « nouveau Canal ». Un nouveau « nouveau Canal », puisque le groupe et la chaîne devaient déjà faire leur révolution la saison dernière, avec le changement de noms de C8/CStar/CNews, le combo Grand/Gros/Petit Journal et le flou artistique des émissions un peu en clair, un peu en crypté. Un an plus tard, Canal + fanfaronne moins, et fait sa rentrée en toute discrétion.

>> A lire aussi : Camille Lavabre, prochaine Miss Météo de Canal+?

« On va faire ce que l’on sait faire »

Malgré la confirmation d’une Miss Météo avec Camille Lavabre et le retour des Guignols en clair à 19h50, L’info du vrai s’appuie moins sur le passé de la chaîne, et le fameux « esprit Canal », que sur la personnalité d’Yves Calvi, et son travail sur C dans l’air. « Nous avons acquis un savoir-faire, confie l’animateur au Monde. Ce concept a été copié partout, parfois de manière très correcte, parfois avec de pâles imitations. Cela nous force aujourd’hui à aller plus loin. Il faut jouer avec le concept d’origine, inventer une nouvelle émission de plus de deux heures. On va faire ce que l’on sait faire : des échanges, des analyses, et beaucoup de reportages qui ont toujours eu une importance fondamentale dans mes émissions. »

>> A lire aussi : «TPMP» fait sa rentrée et veut oublier les polémiques

Pas de public (enfin sur le plateau)

Comme à l’époque de France 5, Yves Calvi sera ainsi entouré de six journalistes : Anne Fulda (Le Figaro), Ghislaine Ottenheimer (Challenges), Carl Meeus (Le Figaro Magazine), David Revault d’Allonnes (JDD), Georges-Marc Benamou et Anne Rosencher (L’Express). Les journaux seront assurés par Alice Darfeuille, et la demi-heure culture coanimée par David Abiker. Autre et vraie nouveauté : pas de public. « Je n’aime pas que le public soit utilisé comme un élément de décor, s’explique le présentateur. Dans des émissions plus légères, cela fait partie du jeu. Mais dans une émission d’info, cela n’a pas de sens. » L’info du vrai sera rediffusée à 22h30 sur CNews, et le vendredi, Yves Calvi laissera les commandes à Laurence Ferrari - histoire de prendre un peu de repos, puisqu'il anime également la matinale de RTL.

>> A lire aussi : Pour Maïtena Biraben, «Bolloré n'est pas loyal»

« Être choisi par Bolloré, c’est un privilège »

Comme Maïtena Biraben ou Cyrille Eldin (dorénavant le samedi soir avec Une case en +) avant lui, Yves Calvi ne tarit pas d’éloges sur son nouveau patron. « Être choisi par Vincent Bolloré, c’est un privilège, c’est très enthousiasmant, déclare-t-il au Parisien. Cela ne me fait pas peur d’envisager un échec, mais d’après moi, il n’aura pas lieu. » Pas de pression non plus, « si on doit critiquer un film produit par Canal ou un artiste Universal, on a la liberté de le faire ». Avant de conclure : « Il nous a confié les clés, et nous a dit de mener notre barque comme on l’entendait. » Une barque ou le Titanic ?