Evelyne Thomas, la présentatrice de  «C'est mon choix» sur Chérie 25, a rencontré ses prétendants dans son émission.
Evelyne Thomas, la présentatrice de «C'est mon choix» sur Chérie 25, a rencontré ses prétendants dans son émission. — Pierre Olivier / Chérie 25

SPEED DATING

Evelyne Thomas cherche l'amour dans «C'est mon choix»: «Mon dating est un concept inédit»

L'animatrice historique de «C'est mon choix» a décidé de se mettre à la place de ses invités dans les deux émissions spéciales «Evelyne cherche l'amour»...

Ce lundi, Evelyne Thomas a décidé de se mettre à la place de ses téléspectateurs et de ses invités. Comment ? En se pliant, comme beaucoup parmi son public, au jeu des speeds datings et en s’installant dans le fauteuil, reçue par Pascal Bataille qui la remplace à l’animation. Le principe est simple : douze hommes ont répondu à son annonce pour trouver un compagnon, à elle de choisir le bon.

Au départ, Evelyne Thomas tourne le dos à ses prétendants, venus pour la séduire. Elle les juge ensuite en fonction de leurs « qualités » : leur présentation orale (avec son petit cadeau), leur présentation physique (chaussures, mains et cheveux), leur manière de danser, de cuisiner, de bricoler… En parallèle, Florence, une love coach indique à la principale intéressée la compatibilité amoureuse qu’elle avait avec les candidats qu’elle élimine. Pour la pousser à les repêcher ensuite ?

« Je suis curieuse de l’humain »

En tout cas, la célibataire a été tout de suite séduite par le concept. « Quand la production m’a proposé l’émission, je me suis dit que c’était génial, a confié Evelyne Thomas à 20 Minutes. Mon dating est un concept inédit, et ça montre que je suis proche des gens, que je suis curieuse de l’humain. »

Mais l’animatrice ne se contente pas de faire l’expérience pour changer de place avec ses invités. Le speed dating, elle y croit vraiment : « J’ai toujours été fascinée de voir qu’on peut se séduire en si peu de temps. Ça m’intéresse de voir comment ça se passe de l’intérieur. » Avec une envie que les candidats feraient mieux de prendre en compte : « Pour l’instant, j’habite en Corse et je ne veux pas rentrer à Paris. » A bon entendeur…