Sanaya des «Vacances des Anges»: «Je suis trans et il n'y a rien d'anormal à ça»

TELEREALITE Son corps, sa façon de penser, sa transition... Sanaya, la première candidate trans de l'émission «Les Vacances des Anges» s'est dévoilée en toute franchise...

Propos recueillis par Claire Barrois

— 

Sanaya, la première candidate transsexuelle des «Anges de la téléréalité».
Sanaya, la première candidate transsexuelle des «Anges de la téléréalité». — Philippe Le Roux / NRJ 12

Dans la téléréalité comme ailleurs, certains candidats attirent les projecteurs avant même que l’on connaisse leur personnalité. Dans Les Vacances des Anges 2, c’est le cas de Sanaya. Lumineuse, drôle, impertinente… et trans, la jeune femme de 23 ans a décidé de profiter de l’émission pour faire passer un message de tolérance.

Etait-ce important de parler de votre transsexualité dans les « Anges » ?

C’est important pour moi de montrer qu’il n’y a rien d’anormal à être trans, de changer cette mauvaise image véhiculée dans la société française. Quand je rencontre quelqu’un après avoir discuté par messagerie ou téléphone, souvent, sa première réaction est : "Ah, mais en fait tu es normale !" Les gens s’imaginent toujours une personne trans comme une sorte de David Douillet en femme, ça n’est pas mon cas. Si je ne dis pas que je suis trans, ça ne se voit pas. Je voulais montrer ce que c’était d’être trans sans clichés. Transsexuel ne veut pas dire travesti, extravagant ou je ne sais quoi. Je le répète, c’est quelqu’un de normal.

« J’ai décidé de prendre des hormones et je me suis rendu compte qu’il n’y avait rien de dégradant là-dedans. »

Aviez-vous une appréhension avant de rencontrer les autres candidats ?

Non, parce que j’ai l’habitude d’expliquer qui je suis et que je sais qu’en deux minutes de communication, ça passe crème.

Vous avez commencé votre transition à 19 ans. La décision a-t-elle été difficile à prendre ?

Je savais depuis toute petite que je n’étais pas née dans le bon corps, mais je trouvais ça presque sale de prendre des hormones pour se transformer. D’un coup, j’ai eu le déclic, j’ai décidé de prendre des hormones et je me suis rendu compte qu’il n’y avait rien de dégradant là-dedans. A ce moment-là, ça a été une évidence, j’étais enfin moi.

View this post on Instagram

Hot mess 💅🏽 🎀🎂

A post shared by ♉️ Sanaya Serra 🇫🇷🇾🇪 (@sanaya.serra) on

Qu’est-ce que ce changement a entraîné pour vous ?

Toute mon enfance, j’ai porté un bonnet dont je refusais de me séparer. Il me permettait de me cacher, c’était tout pour moi. Une fois devenue femme, je l’ai enlevé. J’étais bien dans ma peau, je n’en avais plus besoin. Mais ce changement était simplement physique, à l’intérieur, je suis restée la même.

Avez-vous eu des difficultés à vous faire accepter en tant que femme par vos proches ?

J’ai toujours été très androgyne, donc ça n’a pas vraiment surpris mon entourage. Personne n’a eu besoin de faire le deuil de qui j’étais avant, je n’ai pas changé tant que ça. Ma voix n’a pas été modifiée, je n’ai pas changé de façon de parler ou de corpulence… Je suis la même, mais avec des cheveux longs et du maquillage.

View this post on Instagram

#TheBlackLivesMatterBall

A post shared by ♉️ Sanaya Serra 🇫🇷🇾🇪 (@sanaya.serra) on

Quel message voudriez-vous faire passer aux téléspectateurs des « Anges » ?

Arrêtez de vouloir mettre des labels sur les gens. Etre transsexuelle, ce n’est pas être un homme déguisé. En devenant femme, je me suis trouvée, je me suis ouverte aux autres. Oubliez vos préjugés, je vous jure qu’on s’entendrait bien si on se connaissait !