Affaire Hanouna: Bolloré réclamerait 13 millions d'euros au CSA selon «Le Canard enchaîné»

POLEMIQUE Début juin, le CSA a décidé de suspendre la publicité pendant trois semaines sur « Touche pas à mon poste »…

L.Be.

— 

L'animateur Cyril Hanouna.
L'animateur Cyril Hanouna. — Pierre-Emmanuel Rastoin

Un nouvel épisode dans l’affaire Cyril Hanouna ? Vincent Bolloré réclamerait 13 millions d’euros au Conseil supérieur de l’audiovisuel, selon Le Canard enchaîné sur Twitter ce mardi. « DEMAIN DANS "LE CANARD" Affaire Hanouna : Bolloré réclame 13 millions au CSA », tweete l’hebdomadaire satirique.

C8 privée de publicité pendant 3 semaines

Début juin, le CSA a sanctionné Touche pas à mon poste après deux séquences controversées diffusées fin 2016 dans l’émission phare de la chaîne C8 présentée par Cyril Hanouna. La première séquence, diffusée le 3 novembre, montre des images tournées en caméra cachée de Matthieu Delormeau, victime d’un simulacre organisé par l’animateur-producteur de l’émission. La deuxième séquence a été diffusée le 7 décembre. On y voit Cyril Hanouna proposer à l’une des chroniqueuses de TPMP, Capucine Anav, de fermer les yeux et de poser ses mains sur lui, pour deviner quelle partie du corps elle touchait, jusqu’à ce qu’elle pose ses mains sur son sexe.

Le CSA a décidé de suspendre la publicité pendant trois semaines, soit jusqu’à la fin de saison. Une sanction appliquée aux émissions en direct comme à leurs rediffusions.  C8 avait jugé la sanction disproportionnée. Les 13 millions d’euros correspondraient au manque à gagner pour la chaîne en juin dernier.

Deux recours en annulation

Selon Puremedias, le CSA a deux mois pour répondre à cette demande de C8. Sinon, la chaîne devrait introduire un recours indemnitaire devant le Conseil d’Etat pour obtenir le remboursement du préjudice qu’elle estime avoir subi. S’il venait à aboutir, ce n’est pas le CSA qui payerait la facture, mais l’Etat. Le groupe Canal + a aussi déposé deux recours en annulation le 3 juillet contre les deux sanctions décidées par le CSA, rapporte encore Puremedias.

Une autre sanction du CSA est attendue mi-juillet après le canular jugé homophobe.