Bollaert, Davant, Bürki: Le trio censé redresser les audiences des après-midi de France 2

MEDIAS La deuxième chaîne avait complètement revu sa grille à la rentrée dernière, un choix qui n’avait pas été payant…

F.R.
— 
Faustine Bollaert, Sophie Davant et Daphné Bürki.
Faustine Bollaert, Sophie Davant et Daphné Bürki. — DECOIN Benjamin / 6TER - Nathalie Guyon / FTV - Xavier Lahache / C8

Faustine Bollaert, Sophie Davant et Daphné Bürki. Voici le trio d’animatrices qui devrait incarner les après-midi de France 2 à la rentrée. La première est annoncée sur une émission de témoignages, la deuxième devrait, selon Le Parisien, présenter le programme sur les brocantes refusé par Stéphane Bern et la troisième sera aux commandes d’un nouveau magazine. Leur mission : redresser les audiences sur des cases horaires, qui, ces derniers mois, ont fait cauchemarder la chaîne.

Des quatre nouvelles émissions lancées en septembre dernier, seules deux – Mille et une vies et Visites privées – auront connu ce mois de juin. Les deux autres, Amanda et Actuality, ont été stoppées prématurément, faute d’avoir trouvé leur public. Vincent Meslet, le directeur exécutif de France 2 à l’origine de cette nouvelle grille a quant à lui été débarqué dès l’automne par Delphine Ernotte, la présidente de France Télévisions. Officiellement, pour des raisons de « divergences sur la stratégie ».

« Un public de "rendez-vous" »

« C’était une drôle d’idée de modifier toute la grille de l’après-midi, souligne l’analyste des médias Virginie Spies. A ce moment-là, ce sont surtout des retraités qui sont devant leur téléviseur. C’est un public de "rendez-vous", qui n’apprécie pas forcément que l’on bouleverse ses habitudes. »

Faustine Bollaert, Sophie Davant et Daphné Bürki ont donc un défi de taille à relever. D’autant que, comme certains porte-parole de la chaîne l’avancent fréquemment, « la case de l’après-midi sur France 2 a toujours été difficile ». Mais elle est primordiale car, la publicité étant interdite après 20 heures, l’idée est de capter un maximum de téléspectateurs et de les faire rester au moins jusqu’au JT.

« Il faut savoir quel public France 2 veut capter »

Chacune des animatrices pourra donc capitaliser sur ses atouts respectifs. Sophie Davant est une figure du service public, identifiée et appréciée des téléspectateurs. Faustine Bollaert conduira une émission de témoignages à un horaire – le début d’après-midi – propice à ce type de programme. Daphné Bürki, arrivée de C8, attirera sans doute un public plus CSP + et « bobo » et pourrait faire l’unanimité avec son humour et son énergie.

« Encore faut-il laisser aux émissions et aux animatrices le temps de s’installer, reprend Virginie Spies. Le service public est quand même l’endroit ou jamais pour donner du temps au temps. »

La sémiologue qui tient la chaîne YouTube « Des médias presque parfaits », précise : « Il faut aussi savoir quel public France 2 veut capter. Sans oublier que la télévision d’aujourd’hui est une télé qui se découpe, qui se rattrape en replay. Delphine Ernotte est attendue là dessus. Elle joue gros. »