Pourquoi les candidats de téléréalité sont-ils plus violents dans «Les Anges» que dans les autres émissions?

BAGARRE «20 Minutes» a cherché à comprendre pourquoi autant de candidats au comportement plutôt mesuré dans d'autres téléréalités pétaient les plombs dans «Les Anges»...

Claire Barrois

— 

Rawell (à gauche) a vidé une bouteille de jus de raisin sur Mélanie (à droite), qui a jeté un plat pour se venger.
Rawell (à gauche) a vidé une bouteille de jus de raisin sur Mélanie (à droite), qui a jeté un plat pour se venger. — Capture d'écran / NRJ12

Haneia qui balance un bougeoir à la figure de Thomas, Kim complètement hystérique, Rawell et Mélanie qui s’envoient du jus de raisin, saladier et plat à la figure… Si vous regardez Les Anges de la téléréalité, il ne vous a pas échappé que, cette année encore, la violence était omniprésente dans l’émission phare de NRJ 12. Pourtant, ces candidats, vus dans d’autres programmes, ne nous avaient pas habitués à ça.

Du fort caractère à la violence physique, il n’y a qu’un pas, régulièrement franchi dans Les Anges. Et pourquoi pas dans les autres programmes ? « Je ne tolère aucune violence, avertit Alexia Laroche-Joubert, la productrice de Koh-Lanta ou encore de la nouvelle émission 10 couple parfaits, diffusée en juillet. C’est prévu dans les contrats : s’il y a la moindre insulte, le moindre geste déplacé, ils sortent illico. » Même son de cloche du côté des Marseillais.

Programme « feel good » contre buzz facile

Florence Fayard, productrice des aventures de la bande de potes venus du Sud, affirme être « extrêmement intransigeante avec les propos et gestes violents. Ils sont d’ailleurs interdits dans leurs contrats. » En réalité, elle n’a eu affaire qu’une seule fois à un geste déplacé, qui s’est soldé aussitôt par une exclusion. Et d’insister : « Les candidats sont des modèles pour les adolescents, on choisit donc ceux avec de la bonne humeur pour créer une bande joyeuse. L’énergie positive est très importante, on produit un programme feel good. »

Du côté de la production, la Grosse Equipe, et de NRJ 12, tout le monde a refusé de répondre à 20 Minutes malgré nos multiples demandes. Pour comprendre pourquoi des candidats plutôt amicaux dans Les Marseillais se retrouvent à se taper dessus dans Les Anges, on s’est donc directement adressé à l’un d’eux qui a participé aux deux émissions : « Malgré leur interdiction, la production des Anges ne dit presque jamais rien pour les insultes pour ne pas couper les séquences. » Et ce n’est pas tout.

Une ambiance générale déplorable

« Quand j’ai tourné dans Les Anges, il y avait souvent des bagarres, se souvient le candidat. Il y avait des clans, l’ambiance n’était pas vraiment sympa alors que dans Les Marseillais, chacun était accueilli comme s’il avait toujours fait partie de la bande. Aux Anges, dès qu’il y a une petite embrouille, ils envoient les personnes concernées en activité ensemble pour que ça parte au clash. » A déplorer également, l’absence totale de naturel : les candidats sont avant tout des acteurs.

« La production des Marseillais ne m’a jamais poussé à faire quoi que ce soit, alors que dans Les Anges, on nous dit quoi raconter et quand : tout est écrit à l’avance, on n’a qu’à suivre ce qui est écrit, poursuit le candidat. Ils proposent aussi à certains de se mettre en couple pour faire un peu d’animation. Certaines histoires n’existent d’ailleurs que pour les séquences. » Une façon de faire perturbante pour certains.

La Grosse Equipe, seule responsable ?

Les producteurs ont-ils une influence sur l’ambiance, voire la violence, qui règne dans leurs émissions ? « On peut limiter les grosses disputes », explique Alexia Laroche Joubert. « Ça se voit quand il y a des tensions, c’est ma responsabilité de productrice d’aller voir les principaux concernés et de discuter avec eux, estime Florence Fayard, productrice des Marseillais. On veille à ce que les choses soient résolues intelligemment. » Selon elle, Banijay ne pousserait donc jamais les conflits, assurant que « par nature, quand une dizaine de personnes vivent ensemble plusieurs semaines, on ne peut pas éviter les disputes ».

La Grosse Equipe aurait donc une part de responsabilité dans l’ambiance qui règne dans Les Anges, privilégiant les disputes pour maintenir ses audiences. Mais les candidats, qui cherchent à tout prix à se faire remarquer, aussi. « Beaucoup se prennent pour des stars alors qu’ils ne sont personne, regrette le candidat passé par Les Marseillais. Une sorte de méchanceté malsaine règne sur ce tournage, une jalousie qui en pousse certains à écraser les autres pour exister à l’image. » Quitte, parfois, à dépasser les bornes.