«ONPC»: Laurent Ruquier a-t-il fait le bon choix en renouvelant Vanessa Burggraf?

Polémique Après un parcours sans faute sur France 24, la chroniqueuse enchaîne les polémiques et les méprises dans On n’est pas couché sur France 2…

Anne Demoulin

— 

Vanessa Burggraf dans «On n'est pas couché» le samedi 20 mai 2017
Vanessa Burggraf dans «On n'est pas couché» le samedi 20 mai 2017 — Capture d'écran France 2

On n’est pas couché, le rendez-vous phare du week-end sur France 2 connaît une chute d’audience cette saison. L’une des raisons serait Vanessa Burggraf, la remplaçante de Léa Salamé, qui fait couler beaucoup d’encre depuis son arrivée. Ce samedi encore, la chroniqueuse a fait encore parler d’elle en s’attaquant à Ségolène Royal, sans avoir vérifié ses informations au préalable. Alors qu’il avait recruté «  la Rolls de France 24 », Laurent Ruquier a-t-il fait le bon choix en choisissant Vanessa Burggraf ?

Un parcours sans faute jusqu’à « On n’est pas couché »

Née en 1971 à Mulhouse, Vanessa Burggraf a « hésité entre journaliste et prof ». Le 7 sur 7 d’Anne Sinclair fait naître sa vocation. « Cette émission m’a donné envie de faire de la télé. J’avais l’impression que l’on pouvait y mêler le travail de fond et un côté plus ludique », confie-t-elle à nos confrères du Monde.

Elle ne fait pourtant pas d’école de journalisme. Après hypokhâgne et khâgne, elle obtient en 1996 un DEA de lettres et un DESS de communication politique et sociale.

Vanessa Burggraf fait ses premiers pas à la télévision comme assistante de Catherine Ceylac dans l’émission Thé ou café sur France 2, poste qu’elle occupera trois ans. Passée ensuite par M6, Euronews, puis Bloomberg à Londres et TV5 Monde, Vanessa Burggraf a rejoint à son lancement en 2006 France 24, où elle animait tous les jours la tranche 18 h-20 h, qui inclut un débat de 50 minutes.

C’est au cours d’un de ces débats que la journaliste est repérée par Laurent Ruquier au cours de l’été 2015 sur France 24.

L’animateur aurait été justement « frappé par sa capacité à mener un débat », selon Le Parisien.

« Vanessa est très hitchcockienne, avec un côté très sérieux. C’est un peu l’inverse de Léa physiquement, et aussi dans sa façon de fonctionner », défendait-il en mai dernier dans les colonnes du Parisien.

Une chroniqueuse qui agace la productrice d’« On n’est pas couché »

Laurent Ruquier avait surpris tout le milieu du PAF en débauchant cette quasi-inconnue pour pallier le départ de Léa Salamé de son émission. Vanessa Burggraf s’est rapidement fait connaître.

La chroniqueuse s’est attiré les foudres du public dès novembre 2016, en étrillant le livre Un cadeau du ciel de Françoise Hardy où la chanteuse raconte comment elle a réussi à échapper au cancer. « Ce n’était pas un cadeau de vous lire parce que c’est glauquissime à souhait, ce livre. Je peux vous assurer que c’était vraiment glauque… Les semaines d’hospitalisation, les diarrhées, on a eu droit à tout. Vous ne nous épargnez aucun détail », fustige alors Vanessa Burggraf. « J’ai trouvé ça gore, j’ai trouvé ça inintéressant et je n’ai pas trouvé ça bien écrit », renchérit Vanessa Burggraf. Très vite, les internautes volent au secours de la chanteuse sur les réseaux sociaux.

Le 25 février, la chroniqueuse défraie doublement la chronique. Elle déclenche une polémique par son fou rire face à Philippe Poutou alors qu’elle l’interroge sur les licenciements. Une scène improbable qui n’a pas été du tout appréciée sur les réseaux sociaux, qualifiant son comportement de « méprisant ».

Et, alors qu’elle interviewe Nicolas Bedos à l’occasion de la sortie du film Monsieur & Madame Adelman, elle lance au sujet d’un personnage : « Je me suis dit que vous alliez peut-être avoir les associations d’handicapés sur le dos. » Le réalisateur la reprend tout de suite : « Il n’est pas handicapé. » « Il est autiste », affirme-t-elle. « Non, il est décevant », rétorque Bedos. Elle ajoute en riant : « Il a un problème, il n’est pas en forme, il est très con. » Un échange qui n’a pas manqué de faire réagir les familles d’enfants autistes, les téléspectateurs, avant de faire réagir l’association SOS Autisme avec un communiqué de presse virulent.

« Vous verrez que la saison prochaine tout le monde la trouvera qu’elle fait parfaitement le job ! » rétorque en mars Laurent Ruquier dans Téléstar. Catherine Barma, la productrice de l’émission ne semble pas l’entendre de cette oreille. Selon Closer, elle se serait mis en tête de l’évincer pour la remplacer la saison prochaine par Apolline de Malherbe, l’éditorialiste politique de BFMTV. Mais, en avril, Laurent Ruquier confirme la présence de Vanessa Burggraf dans le talk-show la saison prochaine.

Le 20 mai, la chroniqueuse de Laurent Ruquier s’en prend à Najat Vallaud-Belkacem. « La réforme de l’orthographe, ça m’a atterrée ! » s’emporte-t-elle. « Vanessa, Vanessa ! Je n’ai jamais mené de réforme de l’orthographe. C’est une fake news ! Mais ce n’est pas possible, vous vous rendez compte ? » répond alors l’ex-Ministre de l’éducation, stupéfaite par ces accusations.

La journaliste ne s’arrête pas là. Ce samedi, elle s’en prend cette fois à Ségolène Royal et lui lance, au sujet de la future loi de moralisation de la vie publique : « Et l’interdiction des emplois familiaux, vous trouvez que c’est une bonne chose ? Vous-même, vous avez travaillé avec votre fils quand vous étiez candidate à la présidentielle ». L’ancienne ministre de l’Environnement se défend : « Absolument pas ! Jamais. Mon fils a fait ça bénévolement. Ça m’aurait choqué, et même eux, ça les aurait choqués d’être financés sur fonds publics. » Deux nouvelles méprises et polémiques au compteur !