Canular homophobe: Cyril Hanouna dépose plainte contre l'association Le Refuge

JUSTICE H2O, la société de production de «Touche pas à mon poste», a déposé trois plaintes après les accusations du Refuge...

C.B.

— 

Cyril Hanouna, en juin 2016.
Cyril Hanouna, en juin 2016. — JOEL SAGET / AFP

Décidément, les choses deviennent sérieuses pour Cyril Hanouna. Invité à un entretien avec Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes pour discuter de l’homophobie, il a lancé un autre front sur le plan judiciaire. D’après nos confrères du Parisien, H2O, sa société de production, a déposé mardi trois plaintes.

Deux plaintes contre X, une contre Le Refuge

Le journal affirme avoir pu consulter les plaintes. L’une a été déposée contre X pour dénonciation calomnieuse, adressée au tribunal de grande instance de Montpellier, une deuxième contre X pour diffusion de fausses nouvelles, devant le TGI de Paris, et une troisième pour diffamation, avec constitution de partie civile, contre Nicolas Noguier, le président du Refuge, l’association qui vient en aide aux jeunes homosexuels rejetés par leur famille.

La raison de sa dernière plainte vient des déclarations de l’association au lendemain du canular homophobe dans lequel Cyril Hanouna se faisait passer pour Jean-José, bisexuel libertin de 26 ans, et piégeait en direct, par téléphone, six hommes et une femme inscrits sur un site de rencontres coquines. Jugée homophobe, l’émission a fait l’objet de plus de 37.000 plaintes adressées au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA). De son côté, le Refuge affirmait avoir reçu, dans la nuit, l’appel d’un homme victime de ce canular, bouleversé après avoir été mis à la porte par ses parents qui l’auraient reconnu.

Une réplique à la plus grosse de ses polémiques ?

H2O conteste la déclaration du Refuge, dans laquelle de nombreuses contradictions ont été relevées. L’avocat de la société de production, Me Stéphane Hasbanian, affirme dans sa plainte que « le jeune homme prétendument rejeté par ses parents n’a jamais existé » et que « la personne à l’origine de la divulgation » ne pouvait l’ignorer.

>> A lire aussi : Des incohérences relevées dans la version du Refuge

Il ajoute que « la fausse nouvelle a provoqué un afflux de plaintes auprès du CSA [à l’encontre de C8], un boycott de la part des annonceurs de l’émission Touche pas à mon poste et la publication d’articles contradictoires divisant l’opinion publique, avec des conséquences sur le programme et les salariés qui y contribuent ». De quoi justifier les termes de « diffusion de fausses nouvelles » et de « dénonciation calomnieuse ».

L’avocat revient également sur le tweet affirmant que le jeune homme victime du canular avait subi des pressions de la part de la production, posté dimanche par Nicolas Noguier, le président du Refuge, et retiré ensuite. Selon lui, H2O aurait demandé au jeune homme « de ne pas déposer plainte, mais de venir sur l’émission ». Le Parisien traduit cela de la manière suivante : « Hanouna aurait tenté d’acheter le silence de sa victime. » La société de production estime que cette dernière allégation est « une diffamation publique à son endroit lui causant un préjudice ».

Une enquête policière à venir

Me Stéphane Hasbanian précisé au Parisien que ces plaintes n’étaient « nullement dirigées contre le Refuge » et que H2O voulait « établir la vérité sur l’existence ou non d’une prétendue victime du canular de Cyril Hanouna mise en dehors de son domicile, de faire condamner les propos mensongers et mettre terme à une manipulation ». Une enquête policière devrait être lancée pour faire le jour sur les accusations des uns et des autres.