VIDEO. La série «The Get Down» n’aura pas de suite

NETFLIX La série de Netflix n’est pas renouvelée…

20 Minutes avec agences

— 

Le réalisateur Baz Luhrmann et le rappeur Nas lors du lancement de la deuxième partie de The Get Down à New York
Le réalisateur Baz Luhrmann et le rappeur Nas lors du lancement de la deuxième partie de The Get Down à New York — WENN

The Get Down aura duré deux demi-saisons, et pas plus. La série de Baz Luhrmann mettait en scène les premiers jours du hip-hop, et, d’après Variety, Netflix n’offrira pas de suite.

Visiblement, le succès de la série produite par Sony n’a pas été à la hauteur de celui d’Orange is the New Black, House of Cards ou encore Stranger Things, trois autres shows sur lesquels le service de streaming américain préfère capitaliser.

>> A lire aussi : «House of Cards»: Frank Underwood est-il plutôt Obama ou Trump?

A côté de ce rendez-vous raté avec le public, il semblerait que la production ne se soit pas très bien déroulée non plus, et que le budget faramineux insufflé dans la série (120 millions de dollars, soit 108 millions d’euros) – le plus important pour une série Netflix – n’ait pas été convenablement rentabilisé.

Réalisateur au bord de la crise de nerfs

Si Baz Luhrmann a dû se battre pendant la production de The Get Down – forçant Netflix à diviser sa première saison en deux parties inégalement reçues par le public et les critiques – aujourd’hui, il a annoncé sur son compte Facebook qu’il ne peut malheureusement plus suivre le rythme exigé par une série, puisqu’il s’est remis à travailler sur un film.

« La vérité, c’est que je fais des films. Et le truc, quand vous faites des films, quand vous les réalisez, il ne peut y avoir rien d’autre dans votre vie. Depuis que The Get Down s’est interrompu, j’ai passé quelques mois à travailler sur mon nouveau film », a-t-il partagé en s’excusant auprès des fans de la série.

Baz Luhrmann a néanmoins profité de son passage sur le réseau social pour rappeler à quel point il avait pris du plaisir à raconter l’histoire d’une « culture qui n’a pas fait que changer une ville, mais le monde entier ».