«Cher journal, je ne sais pas qui a tué Laura Palmer...», le journal intime d'une néophyte de «Twin Peaks»

CULTE Vingt-cinq ans après le lancement de la série, et alors que débarque la tant attendue saison 3, j’ai enfin pris la décision de me plonger corps et âme dans « Twin Peaks »… 

Clio Palmer Weickert

— 

Vingt-cinq ans après tout le monde, j'ai enfin pris mon courage à deux mains et je me suis lancée dans «Twin Peaks»
Vingt-cinq ans après tout le monde, j'ai enfin pris mon courage à deux mains et je me suis lancée dans «Twin Peaks» — REX FEATURES/SIPA

« Mais qui a tué Laura Palmer ? ». Pendant de longues années, j’avoue avoir régulièrement – et fièrement — balancé cette phrase au détour d’une conversation, accompagnée d’un clin d’œil complice et de cet air qu’ont les gens qui savent un truc que peu savent. Et j’ai aussi ri comme une baleine à chaque « damn good coffee » et autres « les hiboux ne sont pas ce que l’on pense ». En ajoutant, pour frimer, « ceLynch, quel génie ».

Mais l’heure de la repentance a sonné. Je tiens à présenter mes excuses à toutes ces personnes à qui j’ai fait croire quelque chose (seulement pour Laura Palmer hein). Allez, je me lance : honte sur moi, avant début mai dernier, je n’avais jamais vu un seul épisode de Twin Peaks. Voilà.

Mais comme mieux vaut tard que jamais, parce que j’adore Lynch (quel génie !), et aussi parce que j’ai toujours été un peu faible face à la pression sociale, j’ai décidé de m’y mettre. Et comme débarque sur Canal la saison 3 ce jeudi (oui, en plein pont), c’était l’occas'.

>> A lire aussi: Dis, papy, pourquoi tu nous saoules depuis 25 ans avec «Twin Peaks» ?

Un peu comme dans le journal de Laura Palmer (en espérant ne pas subir le même sort), j’ai décidé de vous raconter, jour après jour, ce que j’ai ressenti en découvrant Twin Peaks, vingt-cinq ans après son lancement (pour info, à l’époque j’avais encore mes dents de lait).

Bien évidemment, si vous avez compris l’objet de cet article, vous vous doutez bien que la suite sera criblée de nombreux spoilers sur la série. A vos risques et périls, donc.

Lundi 8 mai 2017

Cher journal,

Aujourd’hui je ne travaille pas, et tant mieux, vu le nombre bien trop élevé de bières que j’ai bu hier après le travail. Oui, j’ai travaillé un dimanche. Bref, à l’heure où j’écris ces lignes, je suis encore en pyjama dans mon canap', des barquettes vides de traiteur chinois devant moi. D’humeur mélancolique, je me demande bien ce que je vais faire de ma journée, ou ce qu’il en reste, sachant que TF1 diffuse Pirates des Caraïbes, que j’ai déjà vu 10 fois. C’est alors que mon regard se pose sur l’objet qui trône dans mon salon depuis trois mois, qui me fascine et me révulse en même temps : le coffret Twin Peaks. Je prends mon courage à deux mains et glisse le pilote de la saison 1 dans mon lecteur DVD (ça existe encore, oui).

PILOTE

Légère déception lors des premières minutes. On m’avait promis du trash, du bizarre, du flippant, et ça commence avec un petit oiseau adorable, une scierie, une cascade, une musique planante, bref un générique qui me rappelle douloureusement les séries de mon enfance. Je commence déjà à regretter Game of Thrones… Mais pas question de m’arrêter là. Par chance, ça commence direct avec un cadavre, ça attire l’œil, surtout lorsqu’il s’agit de la fameuse Laura Palmer ! La voilà ma cocotte ! Ravie de mettre enfin un visage sur un nom. Ou du moins ce qu’il en reste.

Ensuite, pour je ne sais quelle raison, je fais une fixette sur la coupe de cheveux de James. James c’était le deuxième petit copain de Laura, après Bobby (mais qui en fait est avec Shelly). Mais personne n’était au courant. Enfin sauf Donna, la meilleure amie de Laura qui avoue son amour à James (le lendemain de la mort de sa pote, bravo la BFF…). Bref tout ça pour dire que James a comme un hérisson sur la tête, et en 2017, c’est assez perturbant.

Seul fait vraiment marquant de cet épisode beaucoup trop long : Dale Cooper. Ne le connaissant finalement que dans le rôle du mari de Bree dans Desperate Housewives (oui je sais, j’ai honte), je découvre enfin la légende Kyle MacLachlan. Et il faut avouer que le mec est assez stylé.

 

EPISODE 2

Dale Cooper, c'est le mec stylé à droite
Dale Cooper, c'est le mec stylé à droite - REX FEATURES/SIPA

Mon DVD me propose un choix : AVEC ou SANS « la dame à la bûche ». Tant qu’à faire, maintenant que j’y suis, je choisis AVEC. Et là, une dame avec une bûche dans les bras (elle porte donc bien son nom), me dit entre autres « derrière toutes choses se cachent des raisons, ces raisons peuvent même expliquer l’absurde ». Quelque chose me dit que cette petite dame essaye de me dire un truc.

Et sinon, épisode plutôt sympa, rien de transcendant. Et si Dale Cooper confirme être le personnage le plus cool de l’histoire des personnages de série (ex aequo avec MacGyver, mon préféré des années 1990), Bobby quant à lui me sort par les yeux. C’est tout.

EPISODE 3

Pour je ne sais quelle raison, alors que mon cerveau aimerait zapper sur Quatre mariages pour une lune de miel, mon cœur m’ordonne d’enchaîner avec un 3e épisode. J’obéis, et je le remercie aussitôt. Mon premier bon souvenir Twin Peaks ? La scène où Dale (encore lui), enquête en jetant des pierres sur une bouteille. Sans compter sur les montagnes de donuts et sur le fait que je commence enfin à comprendre pourquoi les gens souriaient depuis tant d’années en entendant « damn good coffee ». Et ça fait un bien fou.

L’apothéose de cet épisode, et clairement le moment où je deviens officiellement accro : le rêve de Dale avec la toute petite personne à la fin. Et là je me dis "ouais, cette série a carrément de la gueule." Puis vient subitement la phrase de l’agent Cooper qui a dû rendre frappadingue plus d’un téléspectateur à l’époque : « Je sais qui a tué Laura Palmer ». Rideau.

Vingt-cinq ans après tout le monde, j'ai enfin pris mon courage à deux mains et je me suis lancée dans «Twin Peaks»
Vingt-cinq ans après tout le monde, j'ai enfin pris mon courage à deux mains et je me suis lancée dans «Twin Peaks» - REX FEATURES/SIPA

Mardi 9 mai 2017

Cher journal,

Ô rage ! ô désespoir ! Depuis presque 24 heures, mon esprit n’est que tourment. Oui, je sais, mon malheur ne tient qu’à moi et à ce foutu masochisme qui m’a poussé à ne pas regarder le 4e épisode de Twin Peaks hier soir. Mais ma journée fut une torture et j’ai lutté contre mon côté obscur pour ne pas dénicher sur Google l’identité de l’assassin de Laura. Par chance, je pense que mes chefs ne se sont aperçus de rien.

EPISODE 4

Je me suis fait avoir comme un bleu. Genre Dale Cooper allait révéler le nom du meurtrier au bout de quatre épisodes seulement. Le bon côté de l’histoire, c’est que je me prends au jeu, et avec une série des années 1990, c’était pas gagner.

Bon, si à ce stade je ne sais toujours pas qui a tué Laura (le saurais-je un jour ? Est-elle vraiment morte finalement ? Ne suis-je moi-même pas en train de rêver ?), je fais connaissance avec un personnage particulièrement antipathique : Albert Rosenfeld. Et là, le flash ! Je connais ce type (l’acteur, pas le mec du FBI) ! Deux clics sur Google plus tard et confirmation, c’est Miguel Ferrer, « Garret » dans Preuve à l’appui (j’adorais cette série).

EPISODE 5

« Regardez dans un miroir. Que voyez-vous ? Est-ce un rêve, ou un cauchemar ? » La dame à la bûche commence sérieusement à me faire penser à ma psy.

La petite dame à la bûche
La petite dame à la bûche - /SIPA

Lundi 15 mai 2017

Cher journal,

J’ai menti à mes collègues, mais à toi je peux tout te dire. Enfin j’espère. J’ai un peu décroché. De Twin Peaks. Je commence à désespérer de connaître un jour le nom de l’assassin de Laura, d’autant que je sais qu’il y a une saison 2, et qu’elle compte 22 épisodes. Et je ne pense pas avoir la force psychologique d’attendre 24 heures de visionnage pour que la vérité éclate. Je me plaignais que la saison 7 de GOT ne fasse que sept épisodes, finalement je m’en réjouis.

Lundi 22 mai 2017

Bon, en fait mon chef m’a dit que ce serait bien que je finisse Twin Peaks, je crois qu’il a une idée derrière la tête. Et comme je suis une employée hyper consciencieuse, je vais obéir alors que je pourrais me contenter de lire les résumés sur Wikipédia.

EPISODE 6

Plus les épisodes avancent, et plus on se rend compte que tout ne tournait pas rond chez notre amie Laura. Elle se droguait, faisait très trucs inavouables avec des mainates, et postait des annonces érotiques avec Ronette, une autre fille retrouvée torturée, violée, et qui est désormais dans le coma.

Petit kif de fin d’épisode, Leo, le mec de Shelly (qui couche aussi avec Bobby), celui qui a également une coupe de cheveux bien étrange (sorte de queue-de-cheval ondulée avec une mèche sur l’avant du crâne, un peu à la Michael Jackson), se prend une bastos. Par Shelly. Le mec est louche en même temps, et à ce stade, si ma curiosité s’est un peu émoussée, je le soupçonne quand même fortement d’avoir tué Laura. Mais mon petit doigt me dit que ce serait trop simple.

EPISODE 7

Bah en fait si. Car on sait désormais que Ronette, Laura, Leo et Jacques (trop long à expliquer), étaient dans le même cabanon le soir du meurtre. L’étau se resserre, comme on dit. Et mauvaise nouvelle, Leo n’est pas mort.

Sinon, je viens seulement de capter que Maddy, la cousine de Laura qui lui ressemble incroyablement (mais en brune), et bien en fait, c’est elle. L’actrice, hein. J’ai vérifié sur Wikipédia, j’avais un gros doute. Encore une fois, mieux vaut tard que jamais.

EPISODE 8

Cher journal, toutes tes pages ne suffiraient pas à éponger mes larmes. Dale Cooper, dont j’étais secrètement tombée amoureuse, est mort. Bon, j’avoue, j’exagère, il s’est juste pris une balle dans le ventre. Et puis comme je sais qu’il apparaît dans la saison 2, et que Kyle pavanait la semaine dernière sur la Croisette avant le lancement de la saison 3, je me doute bien qu’il sera sur pied d’ici quelques épisodes.

Par contre Leo, lui, a probablement passé l’arme à gauche. Avant de brûler la scierie et de laisser Catherine pour morte. La femme de Ed quant à elle (celle qui n’a qu’un œil), s’est suicidée. Et Audrey a failli coucher avec son père. Pour faire court, ça part en cacahuète cette histoire. Et tu sais quoi ? Je ne sais toujours pas qui a tué Laura Palmer.