VIDEO. Cyril Hanouna, Vanessa Burggraf, Eric Brunet… Pourquoi les chaînes ne réagissent-elles pas?

POLEMIQUE Les polémiques font trembler le petit écran depuis plusieurs jours...

L.Be.
— 
Cyril Hanouna et Vanessa Burggraf
Cyril Hanouna et Vanessa Burggraf — Sipa / Vincent CAPMAN-FTV
  • Cyril Hanouna, Vanessa Burggraf et Eric Brunet ont créé la polémique
  • Ni C8 ni France 2 n’ont souhaité réagir
  • Les chaînes « sont dépassées par le pouvoir de la parole publique »

Malaise à la télévision. Des petites « vannes » sexistes au relais de fausses informations en passant par un canular homophobe, les polémiques ont fait trembler le petit écran cette semaine, mais les chaînes restent aux abonnés absents. On rembobine : jeudi dernier, Cyril Hanouna s’est fait passer pour un bisexuel dans une petite annonce, il a répondu en direct dans Touche pas à mon poste aux hommes qui le contactaient, offrant une séquence caricaturale qui a ulcéré certains téléspectateurs.

« Les chaînes sont dépassées »

Toujours sur C8, samedi soir, le polémiste Eric Brunet traite Emmanuel Macron de « gérontophile » dans une chronique pour Salut les Terriens ! où il listait des points communs supposés entre le nouveau locataire de l’Elysée et Napoléon. Enfin, Vanessa Burggraf offre un moment de malaise absolu dans On n’est pas couché. La chroniqueuse attaque Najat Vallaud-Belkacem sur une réforme de l’orthographe qui n’a jamais été menée par l’ancienne ministre de l'Education nationale. Du côté des chaînes, pas la moindre réaction. Et C8 donne le ton : « On ne compte faire aucun commentaire. »

Pourquoi ne bougent-elles pas ? Le point commun entre ces trois affaires, c’est la polémique. « Elle prend de l’ampleur sur les réseaux sociaux et trouve un écho dans la presse », analyse Virginie Spies. « Les chaînes sont dépassées par le pouvoir de la parole publique. C’est la nouveauté », reprend la maître de conférences spécialiste des médias [à l’origine Des médias presque parfaits sur YouTube]. Avant, le téléspectateur écrivait des lettres pour se plaindre, la controverse ne prenait pas et les chaînes faisaient ce qu’elles voulaient.

« Cyril Hanouna, c’est le patron de C8 »

Elles ont désormais des difficultés à mesurer la gravité d’un événement car Twitter met toutes les controverses sur le même plan. « Les chaînes observent si elles retombent et, en général, les buzz servent l’émission. » D’autant que Touche pas à mon poste en fait sa marque de fabrique, il y en a un par semaine. « Cyril Hanouna, c’est le patron de C8, il a tous les droits, il rapporte les audiences », pointe François Jost, spécialiste des médias, qui rappelle la séquence de la gifle à Gilles Verdez. L’animateur a pris en otages l’antenne pour forcer JoeyStarr à s’excuser. « On a rarement vu un animateur avec autant de pouvoir sur une chaîne », insiste le professeur à la Sorbonne Nouvelle. Une armée de fanzouzes le défend en ligne et le fait passer pour un gentil, divisant ainsi le public en « méchant anti-Hanouna » et « gentil pro-Hanouna ».

A l’inverse, la boulette de Vanessa Burggraff aurait pu ne pas être diffusée, l’émission n’étant pas diffusée en direct. Pourquoi France 2 n’a-t-elle pas passé cette séquence sous silence ? La chaîne ne souhaite faire aucun commentaire sur le sujet. Cela dit, elle n’a pas pour habitude de couper des interviews au montage. François Jost évoque « une faute de France Télévisions ». « En tant qu’analyste, c’est incompréhensible », confirme Vigrinie Spies. « C’est la preuve que la chaîne n’a pas pris la mesure du problème », et du pouvoir des internautes. Selon François Jost, « elle risque de le payer plus tard ». Les chaînes prennent-elles juste leur temps ? Pas si sûr... Seul contre tous, Laurent Ruquier a défendu les propos de sa chroniqueuse en direct sur Facebook ce lundi, dans le Buzz TV de TV Magazine