VIDEO. Magali Berdah, « maman » des stars de la téléréalité, est LA chroniqueuse média à suivre dans « TPMP »

PORTRAIT La fondatrice de l’agence Shauna Event’s, qui représente de nombreuses personnalités de la télé et de la téléréalité, s’impose sur le petit écran…

Claire Barrois

— 

Magali Berdah, la nouvelle chroniqueuse de «TPMP».
Magali Berdah, la nouvelle chroniqueuse de «TPMP». — PCM
  • «Sept à huit» diffuse ce dimanche le portrait de Magali Berdah.
  • Agent de 95 personnalités de la télé et de la téléréalité, elle compte dévoiler des informations exclusives sur eux.
  • Son agence Shauna Events, créée il y a un an, devrait s'implanter dans plusieurs autres pays. 

Elle n’est pas encore une habituée des plateaux télé. Pourtant, la chroniqueuse média -entendez occasionnelle- de Touche pas à mon poste, dont le portrait est diffusé dimanche 21 mai dans Sept à Huit, connaît parfaitement le monde de la télévision. Magali Berdah dirige l’agence Shauna Event’s, qui représente des personnalités de la télé et de la téléréalité. Parmi elles, Jessica Thivenin et la bande des Marseillais, Matthieu Delormeau, Cauet, Enora Malagré, Malika Ménard, Clara Morgane ou encore Djibril Cissé.

Sur le plateau de TPMP le 28 avril, l’agent s’était fait remarquer en expliquant sans tabou comment fonctionnaient les placements de produits avant d’affirmer que Capucine Anav était « capricieuse ». Et ce n’est pas fini. La jeune femme de 35 ans envisage de « donner quelques informations exclusives et vérités ignorées du public », entre autres sur les coulisses de la téléréalité.

Une idée « tombée du ciel »

Directe, naturelle et sans chichis, Magali Berdah ne s’est pas construite à la télévision et ça se voit. « La création de Shauna Event’s a été un cadeau incroyable, c’est tombé du ciel ! Je travaillais dans une compagnie d’assurances et je me suis retrouvée au chômage du jour au lendemain, confie-t-elle à 20 Minutes. Un jour, dans cette période difficile, une ancienne employée m’a amené une candidate de téléréalité, Jazz, pour que je négocie un contrat avec un hôtel pour elle. Satisfaite, elle m’a demandé de la représenter. »

L’ancienne courtière a alors un déclic et étudie le marché de la téléréalité. Elle découvre qu’en France, les candidats ne sont pas encadrés à la sortie de leurs émissions. Pire, ils prêtent leur image à des marques, la plupart du temps avec des cadeaux pour seule rémunération. « Aux Etats-Unis, toute apparition était monétisée, a-t-elle constaté. Ça m’a inspirée pour industrialiser le placement de produits à un moment où ça explosait du côté des marques. J’ai fondé mon agence en avril 2016. En deux mois et demi, j’avais récupéré 80 % de la téléréalité dans mon agence. »

>> A lire aussi : Emissions, boîtes de nuit, publicité: Le business des candidats de téléréalité

Un an plus tard, Shauna Event’s est devenu l’intermédiaire incontournable entre les marques et les 95 personnalités qu’elle représente. « J’ai négocié des contrats exclusifs avec des marques comme Natural Mojo, Hello Body ou Fittea, précise Magali Berdah. Ils ne peuvent pas faire de publicités en dehors de mon agence. C’est aussi pour ça que les célébrités restent chez moi : elles sont certaines qu’elles auront des contrats. » Mais Shauna Event’s doit également son succès aux liens très particuliers qu’entretient sa fondatrice avec ses clients.

La « deuxième maman » des personnalités

Dans le milieu de la téléréalité où les candidats ne sont souvent perçus que comme des sources de revenus potentielles, Magali Berdah dénote. Celle qui se définit comme « une deuxième maman pour les personnalités » communique avec eux sur les réseaux sociaux à grands coups de « je t’aime », « tu es la plus belle » ou d’emojis cœur. « Ce qui m’a fait réussir, c’est ma proximité, estime Magali Berdah. Les personnalités sont mes bébés. Ils ont des vies parfois compliquées, je suis là pour les rassurer. »

Cette intimité avec les célébrités qu’elle représente offre beaucoup de liberté à l’agent, que ce soit quand elle s’exprime sur eux ou quand elle négocie leurs contrats : « Ils savent que je fais ce qui est bon pour eux, affirme-t-elle. Ça ne me pose aucun problème de refuser des marques. J’ai des grilles avec ce qu’ils n’acceptent pas de faire, et je les respecte. Beaucoup ne sont pas à 500 euros près, et moi non plus. »

Beaucoup de travail pour une influence grandissante

Elle n’en fait pas mystère, Magali Berdah a mal vécu sa période de chômage. Alors elle considère son succès soudain comme « une belle revanche ». Et tant pis pour les sacrifices que ça lui demande. « J’habite trois jours par semaine à Paris et le reste du temps à Juan-les-Pins avec mon mari et mes trois filles (de 5, 6 et 9 ans), rappelle la maman. J’ai un rythme de vie très difficile : je suis constamment au téléphone et n’ai pas de jours de repos pour le moment. En même temps, cette entreprise est un super cadeau, je ne veux rien gâcher. »

En ce moment, Shauna Event’s c’est « 12 salariés répartis entre les relations avec les marques, l’organisation des posts, les bookings dans les boîtes de nuit, un comptable, un avocat et une assistante. » Mais plus pour longtemps. Magali Berdah a dans le viseur l’Italie, où elle termine un recrutement supplémentaire, et d’autres pays qu’elle maintient secrets pour le moment : « Je démarche des influenceurs à l’étranger pour élargir les possibilités des marques françaises et, à l’inverse, des marques sur places pour nos influenceurs français. » Un emploi du temps chargé qui devrait cultiver la rareté de ses apparitions à la télévision. De quoi lui permettre de garder sa fraîcheur, et c’est tant mieux.