Catherine Laborde dans «TPMP»: «Je vais faire le clown, il n'y a rien de plus libérateur»

RETOUR On lui avait fait nos adieux, et pourtant l'ancienne présentatrice météo de TF1 revient jeudi soir dans «TPMP» avec Cyril Hanouna...

Claire Barrois

— 

Catherine Laborde, nouvelle chroniqueuse de Cyril Hanouna dans «TPMP» à partir du 20 avril.
Catherine Laborde, nouvelle chroniqueuse de Cyril Hanouna dans «TPMP» à partir du 20 avril. — TF1

On connaissait Catherine Laborde tout en retenue à la présentation de la météo, place au clown dans TPMP. La jeune retraitée n’aura pas tenu longtemps en étant inactive, pour le plaisir de son public. Elle a confié à 20 Minutes son désir de conserver « ce lien spécial » qui l’unit aux téléspectateurs.

Dites donc Catherine, c’est quoi ce retour trois mois après l’annonce de votre retraite ?

Quand j’ai annoncé mon départ de la météo de TF1, je voulais me retirer du monde. J’avais une idée très précise d’un avant et d’un après, de ce que j’allais faire de mes journées après mon départ à la retraite. Finalement, je me suis rendue compte que ça n’était pas comme ça que ça se passait. Dire au revoir à tout le monde a provoqué une énorme émotion entre le public et moi. Ça a ravivé quelque chose que j’avais oublié. Alors, quand Cyril Hanouna m’a contactée pour rejoindre TPMP, je me suis laissée tenter.

On a différentes images de vous entre la miss météo et votre livre, laquelle allez-vous présenter dans « TPMP » ?

J’aime beaucoup le direct, on apparaît de manière tellement naturelle. Dans TPMP, le public va rencontrer une troisième Catherine Laborde qu’il ne connaît pas. Je vais faire le clown, il n’y a rien de plus libérateur, même si je ne suis pas Valérie Lemercier. Dans la vie je suis toujours un peu en retrait, timide, mais là j’ai envie de me lâcher. Je suis ravie de retrouver l’image, la caméra.

Pourquoi rejoindre cette émission ?

Je suis attirée par le direct, l’inattendu, ce qui n’est pas formaté. Et la curiosité était plus forte que l’appréhension. C’est bien de jouer avec son image aussi. La liberté c’est aussi d’être là où on ne m’attend pas. Et puis je suis comme les gens : j’ai envie de rigoler parce que c’est trop triste ce qu’on voit ailleurs.

A quelle fréquence vous retrouvera-t-on ?

A priori, je devrais venir une fois par semaine pour ne pas qu’on se lasse les uns les autres. Le fait de ne pas me mettre tous les soirs à l’écran nous permettra de voir si la mayonnaise prend avec le public.

Quelle va être votre place dans l’équipe ?

Je n’en ai aucune idée. Je ne sais pas sur quoi je vais intervenir, j’ai le trac. Après vingt-huit ans de météo, ça me fait bizarre de changer de rôle comme cela. Cyril Hanouna m’a beaucoup expliqué comment les émissions se passaient pour me rassurer. Je n’ai rien préparé, je vais voir directement sur le plateau.