«Jean-Luc Delarue avait un cerveau qui fonctionnait un peu trop dans tous les sens», estime Sophie Davant

PEOPLE L’animatrice de France 2 s’est confiée dans « On n’est pas couché » samedi…

F.R.

— 

Sophie Davant, dans le décor de «Mille et une vies».
Sophie Davant, dans le décor de «Mille et une vies». — DECOIN BENJAMIN - FTV

En 2010, alors que Jean-Luc Delarue était au cœur d’un scandale lié à sa consommation de drogue, il a passé le relais, à la présentation de Toute une histoire, à Sophie Davant. « J’ai su que je me sentirais à ma place dans ce rôle. Depuis longtemps je nourrissais l’envie d’animer un débat sociétal. Quand on me demandait de décrire mes aspirations, j’aimais me situer entre Jean-Luc et Mireille Dumas », explique l’animatrice dans son livre, Il est temps de choisir sa vie !, paru chez Albin Michel le 6 avril.

« Extrêmement vulnérable »

Samedi, alors qu’elle assurait la promotion de cet ouvrage dans On n’est pas couché sur France 2, Sophie Davant est revenue sur son expérience avec Jean-Luc Delarue, qui produisait l’émission. « C’était quelqu’un que j’aimais beaucoup et quelqu’un d’extrêmement brillant. Je pense qu’il avait un cerveau qui fonctionnait un peu trop, un peu trop vite, un peu trop dans tous les sens, a-t-elle affirmé. On a eu un déjeuner où il s’est confié, il m’a énormément touchée. C’était un garçon extrêmement vulnérable et à la fois un homme d’affaires incroyable, un homme de télé incroyable. » Toute une histoire.