Le CSA rappelle TF1 à l’ordre 5 mois après les propos controversés de Jean-Pierre Pernaut sur les migrants

POLEMIQUE La sortie du présentateur du « 13 heures » avait suscité de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux...

Bryan Faham

— 

Le présentateur du journal de 13 heures de TF1, Jean-Pierre Pernaut
Le présentateur du journal de 13 heures de TF1, Jean-Pierre Pernaut — BUREAU233/TF1

On avait presque oublié cette polémique. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a publié ce mercredi un rappel à l’ordre de TF1 cinq mois après une déclaration controversée de Jean-Pierre Pernaut durant le journal de 13 heures dont il occupe la présentation.

>> A lire aussi : Jean-Pierre Pernaut bientôt sur le départ?

Dans l’édition du 10 novembre 2016, après un sujet sur les maraudes de la Croix-Rouge pour sans-abris, le présentateur a glissé un commentaire tendancieux en guise de transition avec un sujet sur l’ouverture d’un centre de réfugiés : « voilà, plus de places pour les sans-abris mais en même temps les centres pour migrants continuent à ouvrir partout en France ». Cette sortie de Jean-Pierre Pernaut a engendré de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux. Il est possible de voir la séquence à partir de 4:08 minutes

« Ces propos pouvaient encourager un comportement discriminatoire »

Le gendarme de l’audiovisuel s’est prononcé à travers un communiqué. Les Sages du CSA ont « regretté la formulation choisie par le journaliste », estimant que celle-ci était de nature à sous-entendre que les migrants seraient privilégiés par les autorités publiques par rapport aux personnes sans domicile fixe. Il a donc considéré que ces propos pouvaient « encourager un comportement discriminatoire. »

Par ailleurs, l’autorité rappelle quelques obligations à TF1 en citant l’article 9 de la convention de la chaîne qui prévoit qu’elle doit veiller « à respecter les différentes sensibilités politiques, culturelles et religieuses du public : à ne pas encourager des comportements discriminatoires (…) : à promouvoir les valeurs d’intégration et de solidarité qui sont celles de la République ».