La patronne de FranceTV explique la déprogrammation de Thomas VDB et Mathieu Madénian

POLEMIQUE Il aurait fallu expliquer les sujets abordés aux téléspectateurs…

Bryan Faham

— 

La présidente de France Télévision Delphine Ernotte est revenu sur la polémique à propos de la déprogrammation de « Le Message de Madénian et VDB »
La présidente de France Télévision Delphine Ernotte est revenu sur la polémique à propos de la déprogrammation de « Le Message de Madénian et VDB » — Tardivon JC/SIPA

Le torchon brûle toujours entre la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, et les humoristes Thomas VDB et Mathieu Madénian. Depuis la déprogrammation de leur pastille lundi 13 mars, ils communiquent par tweets et par médias interposés. Le soir même, le duo a publié sur Twitter une vidéo à laquelle Delphine Ernotte a répondu « je vous dois la vérité : vous ne me faites pas rire… »

Mercredi 16 mars, Thomas VDB et Mathieu Madénian étaient dans Quotidien sur TMC, où ils ont notamment pu jouer le sketch de leur pastille déprogrammée.

>> A lire aussi : Thomas VDB et Mathieu Madénian ont joué leur sketch que France 2 a censuré

Un manque d’encadrement

Dernier épisode en date : la présidente du groupe audiovisuel public est revenue sur la polémique jeudi 17 mars en marge d’une rencontre avec des téléspectateurs à Angers. Interrogée par Ouest-France sur les raisons de la déprogrammation à la dernière minute, elle a d’abord justifié la décision tardive par le fait que « ces pastilles sont faites peu de temps avant d’être diffusées, car elles sont très proches de l’actualité. »

La déprogrammation est liée au contenu de la pastille et à sa programmation. Selon Delphine Ernotte, le sujet abordé doit être expliqué aux téléspectateurs, comme c’était le cas dans Actuality où « le présentateur enchaînait derrière ». « La patronne de France 2 [Caroline Got] est venue me voir, car elle n’était pas à l’aise pour programmer cette pastille, juste après le journal, à un moment beaucoup plus statutaire. Il n’y avait personne qui introduisait le sujet ou reprenait la parole après », a expliqué la présidente de France TV.

« Ils m’interpellent, je leur réponds »

Ouest-France a voulu comparer la pastille à celle de Nicolas Canteloup sur TF1. Mais pour Delphine Ernotte, le contexte est différent car « il y a Nikos Aliagas qui introduit le sujet et reprend la parole derrière. »

Interpellée enfin sur sa surprenante réponse sur Twitter lundi soir, elle se défend, « ce n’était pas pour être agressif avec eux, je les trouve sympas. Ils m’interpellent, je leur réponds. C’est ma liberté. »