VIDEO. «Louis(e)»: Avec sa nouvelle série, TF1 peut-elle faire avancer la cause trans?

SERIE Ce lundi soir, TF1 diffuse deux épisodes de «Louis(e)», la première série française avec une héroïne transsexuelle...

Claire Barrois

— 

Louise, femme trans, tente de renouer avec sa famille après sept ans d'absence.
Louise, femme trans, tente de renouer avec sa famille après sept ans d'absence. — Philippe Warrin / CineTeve / TF1

La nouvelle série familiale de TF1 s’attaque à un sujet de taille : la transsexualité. Les deux premiers épisodes de Louis(e) sont diffusés lundi soir à 20 h 55. La série démarre à l’emménagement de Louise, anciennement Louis, en face de la maison où habitent sa femme et ses deux enfants. Elle tente alors de reconquérir sa place dans la famille.

  • Oui, parce que l’intrigue est universelle

Louis(e) se penche avant tout sur la fragilité de l’équilibre familial et la difficulté à retrouver un rôle auprès de ses enfants quand un événement a tout chamboulé. « TF1 cherchait des " dramédies", des comédies avec un aspect un peu âpre, pour sa série familiale du lundi soir, explique Delphine Claudel, coproductrice de la série avec Fabienne Servan-Schreiber. Nous avions vu un reportage qui nous avait beaucoup touchées sur le coming out d’un homme de 60 ans qui s’était toujours senti femme et voulait assumer. Ce qui était émouvant, c’est qu’il se lançait aussi tard parce que ses enfants étaient grands et qu’il estimait que son entourage pouvait le comprendre. » En montrant les réactions de la famille de Louise à son retour après sept ans d’absence, la série permet à chacun de s’identifier à elle.

  • Oui et non, parce que sa féminité est stéréotypée

Delphine Claudel le revendique : « Louis(e) est un hommage à la féminité et aux femmes. » Peut-être un peu trop. Clémence Zamora-Cruz, transgenre et porte-parole de l’inter-LGBT a apprécié les bonnes intentions de la série, mais regrette les stéréotypes qu’elle véhicule. « Le personnage a un côté hypersexué : elle s’habille avec des vêtements sexy en toutes circonstances et est toujours en train de se maquiller. Ce n’est absolument pas réaliste, ni représentatif de la majorité des personnes trans. » En voulant faire de cette héroïne « une femme qui s’assume jusqu’au bout », TF1 a effectivement forci le trait à grand renfort de stilettos et de robe ultra-moulantes/décolletées/colorées.

  • Non, parce que l’actrice est une femme biologique

Une série sur une transsexuelle où l’héroïne est incarnée par une femme biologique, c’est un parti pris étrange de Cinétévé, la société de production. « C’est dommage que ce personnage ne soit pas joué par une femme trans qui aurait pu apporter une dimension plus réaliste de la vie des personnes trans et contrer certains clichés », souligne Clémence Zamora-Cruz. « Avoir une actrice trans était notre première ambition, concède Delphine Claudel. On y tenait beaucoup mais, sur les six que nous avons vues, nous n’en avons trouvé aucune qui rassemblait les compétences professionnelles et la proximité nécessaire avec le personnage. » Mais, tout au long du tournage, des trans ont conseillé Claire Nebout, l’interprète de Louise, pour lui éviter les faux pas au maximum. Avec cette série, TF1 permet au grand public de dépasser certains préjugés sur les trans, mais en utilise d’autres. On y est presque !

>> A lire aussi : «Devenir il ou elle»: Le docu poignant qui donne la parole à des ados transgenres