«Les Marseillais South America»: Comment les fuites sur les réseaux sociaux alimentent la promo

TELEREALITE A l’image des « Marseillais », dont les aventures reprennent ce lundi, les téléréalités intègrent de plus en plus dans leurs bandes-annonces le contenu des réseaux sociaux sur lesquels leurs candidats sont omniprésents…

Claire Barrois

— 

Antho des «Anges» et Stéphanie et Jessica des «Marseillais» sont, à l'image de leur génération, accros aux réseaux sociaux.
Antho des «Anges» et Stéphanie et Jessica des «Marseillais» sont, à l'image de leur génération, accros aux réseaux sociaux. — C. Barrois / Instagram

Le 11 février, les téléspectateurs de W9 découvraient La bande-annonce des Marseillais. On a pu voir Julien fricoter avec Liam et Paga tromper Adixia. De quoi faire saliver les téléspectateurs qui suivent le programme. Mais les vrais fans s’étaient délectés dès décembre des vidéos où Manon, l’ex-pas-tout-à-fait-ex de Julien, restée à Marseille, insultait son futur ex (ou pas) dans ses stories. Le feuilleton sur la vie des candidats de téléréalité se tient aussi sur les  réseaux sociaux.

Sur le tournage, les candidats ont le droit à leur smartphone le dimanche, jour de repos. L’occasion pour eux, également, de donner des nouvelles à leurs fans. « Ce sont des jeunes d’aujourd’hui, on ne peut pas leur demander de ne pas évoquer leur vie privée sur les réseaux sociaux, reconnaît Florence Fayard, directrice de la téléréalité chez Banijay, le producteur des Marseillais South America. Il y a cependant un pan de leur vie qui manque et qu’on retrouvera dans la saison. »

Un lien direct avec les téléspectateurs

Thibaut Valès, président du groupe La Grosse équipe, qui produit Les Anges de la téléréalité, abonde : « Le contact direct est leur métier, les followers font partie de leur business. Et puis ça fait leur promotion personnelle, mais aussi celle du programme. » Une publicité particulièrement efficace dont les chaînes ont appris à se servir.

Sur le tournage des Anges, la production a dépêché une personne chargée d’alimenter les réseaux sociaux en permanence grâce à des téléphones et tablettes fournis aux candidats. « Au contraire des épisodes très construits, qui s’apparentent plus à des soap opéras, les réseaux sociaux montrent des moments de vie plus bruts, avec une image moins travaillée. » Les fans, alimentés en permanence par du « off », sont encore plus impatients de découvrir les épisodes.

Les programmes se repositionnent

A travers les communautés de leurs candidats, NRJ 12 ou W9 ont un accès direct à leurs téléspectateurs. Et s’en servent. Thibaut Valès concède une évolution de la stratégie des Anges : « C’est délirant, le nombre de tweets générés par  certains. Maintenant la vraie communication se fait sur les réseaux sociaux. C’est presque plus fort qu’une page de publicité, en tout cas auprès de notre cible, les 15-24 ans. »

Mardi 20 février, lors de l’avant-première des Marseillais, W9 était en Facebook live. Le but ? Aller chercher les 2 millions d’abonnés de Jessica et le gros million d’abonnés de Julien sur Instagram pour les rapatrier sur la chaîne. « Les candidats sont nos meilleurs relais sur les réseaux sociaux, estime Florence Fayard. On travaille main dans la main avec eux pour la communication autour du programme. » Quitte à faire évoluer leur stratégie.

Et la confidentialité dans tout ça ?

Entre les scandales de Manon sur les tromperies de Julien pendant le tournage des Marseillais ou les photos de Kim et Antho ensemble sur celui des Anges, ou encore la révélation du couple Tiffany/Justin dans Mariés au premier regard, difficile de maintenir le suspense autour de certains événements des programmes. Malgré tout, à Banijay, on assure faire confiance aux Marseillais : « Ils évitent les fuites parce qu’ils savent qu’elles sont nuisibles, à la fois pour eux et pour le programme. » Une déclaration qui ne concerne pas les petites amies de Paga et Julien. Adixia et Manon, restées en France, ont étalé leurs déboires sur Snapchat avant de rejoindre l’aventure.

Car chaque émission impose certaines règles de confidentialité à la signature des contrats. Pour le producteur des Anges, « les histoires qu’ils nous donnent, ils ne doivent les donner qu’à nous parce qu’ils sont salariés. On explique aux candidats les conséquences de l’instantanéité : chacune de leur intervention est reprise dans la seconde dans les médias. » Pour suivre l’évolution, NRJ 12 a adapté ses bandes-annonces : « On est plus ouvert qu’aux premières saisons, on révèle des choses à l’avance parce qu’on sait que ça n’empêchera pas les gens de regarder l’émission. »

Une stratégie différente pour les émissions avec dénouement

Pour aider les candidats à tenir leur langue, les productions de téléréalités ont essayé de réduire au maximum le délai entre le tournage et la diffusion des émissions. Ce qui n’est pas le cas d’émissions comme Top Chef ou Mariés au premier regard avec un laps de temps de plusieurs mois entre le début du tournage et la diffusion. « L’intérêt du téléspectateur prédomine, explique-t-on à M6. Nous demandons aux candidats de respecter le suspense pour eux. » Et ça marche, sauf accident.

Rappelez-vous, quand, en novembre, au soir du mariage de Tiffany avec Thomas dans Mariés au premier regard, des petits malins dévoilaient des photos de cette dernière avec un autre candidat de l’émission. La chaîne a préféré ne pas réagir. « Tant qu’on n’évoque pas le sujet, il reste à l’état de rumeur, explique M6. Si on avait démenti, les gens seraient allés chercher une vérité ailleurs. » Une fuite qui accrédite la vie « normale » des principaux intéressés, selon la chaîne. W9 a la même ligne de défense face aux fuites : « C’est une vraie bande de potes, dans la vie aussi. Il y a donc une continuité entre leur vie sur les tournages et dans la réalité. »