Pourquoi regarder «A vos pinceaux» sur France 4 est un véritable acte de rébellion

REVOLUTION La diffusion des deux derniers épisodes du concours pictural reprend sur France 4 ce mardi soir à 20 h 55…

Clio Weickert

— 

Marianne James, Fabrice Bousteau et Bruno Vannacci n’ont pas dit leur dernier mot dans «A vos pinceaux» sur France 4
Marianne James, Fabrice Bousteau et Bruno Vannacci n’ont pas dit leur dernier mot dans «A vos pinceaux» sur France 4 — Bronx agence (Paris) photo Yves Bottalico

« Malgré la qualité de ce programme et son audace, il n’a pas rencontré son public. » Voilà comment en une phrase, et au bout de deux semaines de diffusion seulement, France 2 a éjecté A vos pinceaux. Et pourtant son public, l’émission l’avait trouvé.

1,55 million de téléspectateurs (soit 6.5 % de part d’audience en moyenne), s’était rassemblé devant ce curieux concours télévisuel d’un genre nouveau : une compétition picturale, où les candidats défendaient leur talent à coups de peintures à l’huile et de fusain. Certes, en termes d’audiences, on est loin du classique Cinquième élément de Besson diffusé à la rescousse après la déprogrammation de l’émission ( 2.665 millions)… Une valeur sûre, mais moyen niveau « audace ».

Mais que les irréductibles amateurs d’art se rassurent, A vos pinceaux n’a pas dit son dernier mot. Ce mardi soir à 20 h 55, le concours reprend sur France 4 avec la diffusion de l’avant-dernier épisode de la saison. Soit le moment ou jamais – ou presque —, de faire preuve de courage et d’allier soirée TV et acte de rébellion. Explications.

> A lire aussi: Chambrage, «grand regret», psychologie... Un retour riche en émotions pour «Top Chef»

Pour prouver que la cuisine n’a pas le monopole des concours TV

Patisserie, gastronomie, coiffure, mariage, shopping, couture… Pour nombre d’entre nous, le petit écran avait sucé jusqu’à l’os le concours télévisé. Et voilà que fin décembre, débarquait A vos pinceaux, dans la veine de Prodiges. Le concept ? Dix peintres amateurs, du jeune lycéen à la retraitée, devaient s’affronter dans différentes épreuves : dessin, portrait, nu ou encore nature morte. A la clé, le vainqueur remportait une expo de ses œuvres dans le prestigieux Grand Palais, à Paris.

Un vent de fraîcheur et un pari osé. Et pour Fabrice Bousteau, journaliste et directeur de la rédaction de Beaux Arts magazine, membre du jury aux côtés de la truculente Marianne James et du pédagogue Bruno Vannacci, la peinture a d’ailleurs plus que jamais sa place à la télévision. « On a tendance à dire que l’art est élitiste mais il attire au contraire de plus en plus de monde. Il y a de la puissance dans l’art, un aspect magique dont on ne finit pas de s’étonner. Sans oublier sa vocation d’éveil, mais aussi sa vocation politique, critique… »

Pour faire la nique à France 2

Des vocations que n’assumait visiblement pas France 2. « La déprogrammation d’A vos pinceaux montre bien que la chaîne a un problème d’identité », estime la sémiologue et analyste des médias Virginie Spies (Des médias presque parfaits). « L’échec, ce n’est pas le programme, mais c’est de l’avoir déprogrammé, poursuit-elle. C’est une émission qualitative, culturelle, familiale, pédagogique, ludique… une émission qui remplit très bien son rôle sur une chaîne de service public. »

Même son de cloche du côté de Fabrice Bousteau, qui déplore la capacité de la chaîne à baisser si vite les bras. « C’était courageux de la part de France 2 de consacrer un prime time à la peinture, culotté de dévoiler les coulisses de la création, et remarquable cette tentative de démocratiser l’art. Mais elle n’a pas laissé le temps à l’émission de s’installer, renonçant à ses missions face à la course à l’audience ». Par chance, au lieu d’avoir enterrer définitivement A vos pinceaux, France Télé a transféré son dénouement vers France 4. Soit l’ultime occasion pour les quelque 1.55 millions de fan de prouver leur fidélité envers le programme, mais aussi de faire un petit pied de nez à France 2 (et la redevance télé, on en parle ?). Chiche ?

Bonus : Si vous aimez les gens tout nu et le street art, l’avant dernier épisode diffusé ce mardi devrait vous plaire. Convaincu ?