Victoires de la musique classique: Qui sont les jeunes qui se consacrent à une «musique de vieux»?

PORTRAITS Les révélations des Victoires de la musique classique sont jeunes, jouent évidemment du classique, mais écoutent de tout (surtout du Radiohead)...

Claire Barrois

— 

Les six révélations aux Victoires de la musique classique.
Les six révélations aux Victoires de la musique classique. — Nathalie Guyon

Quel que soit le résultat dans quelques heures, leur nomination est déjà une victoire. Les six révélations, nommées aux Victoires de la musique classique, qui se tiennent ce mercredi 1er février à 21 h, diffusées sur France 3 et France Musique, sont jeunes. Ces jeunes vivent de la musique classique en tant que musiciens ou chanteurs, mais restent « normaux ». Ils ont confié leurs projets et leurs goûts musicaux à 20 Minutes.

  • Adélaïde Ferrière, marimba, fan de Muse

Adélaïde Ferrière, 20 ans, est la plus jeune des révélations 2017. C’est aussi la première percussionniste de l’histoire des Victoires de la musique classique (rien que ça) nommée comme révélation. Et c’est la seule à être encore étudiante. « J’ai envie de continuer mes études de marimba [ce gros xylophone en vidéo ci-dessous] aux Etats-Unis, c’est un rêve depuis toujours, confie la musicienne. Ma nomination a créé un intérêt pour moi et une victoire pourrait m’aider à me faire connaître à l’étranger, qui sait ! » De quoi permettre à la fan de Muse, Radiohead et Nirvana de continuer à explorer la musique sous toutes ses formes.

  • Raquel Camarinha, soprano, inspirée par les comédies musicales

La chanteuse estime que les Victoires sont « l’un des concours les plus importants pour la musique classique grâce à sa médiatisation et au vote du public qui mobilise du monde ». Sa nomination ? Raquel Camarinha la prend comme « une marque de confiance, un encouragement pour la suite qui vient alors que je suis un peu installée ». La Portugaise de 30 ans est venue à Paris pour y faire ses études : « Paris est une ville centrale en Europe avec une grande offre culturelle, remarque-t-elle. C’est important pour un artiste d’être entouré d’art. » Et celle qui affirme écouter beaucoup de jazz et de comédies musicales (« ça m’inspire dans mon travail ») ne compte visiblement pas quitter cette « ville incroyablement riche ».

  • Guillaume Bellom, pianiste, garde un rapport normal à la musique

Pas de révélations sans pianiste. Et pour cet instrument, faire partie des révélations, c’est une vraie aubaine. « Nous sommes énormément de pianistes et ma nomination me permet de montrer ce que je sais faire, estime Guillaume Bellom. Je vois mon passage comme une bande-annonce : en 10 minutes je montre le piano comme je le joue, parce qu’il y a autant de manières de jouer que de musiciens. » Le jeune homme de 25 ans considère avoir gardé « un rapport à la musique le plus normal possible ». « J’écoute beaucoup de musique classique pour le plaisir, ce n’est absolument pas du travail pour moi, précise Guillaume Bellom. Et du rock, surtout Radiohead et les Beattles. »

  • Léa Desandre, mezzo-soprano, écoute les playlists de sa sœur

La chanteuse baroque a déjà sa petite notoriété dans le milieu, mais Léa Desandre estime que sa nomination est « vraiment une chance parce qu’elle offre une exposition merveilleuse ». « Le répertoire baroque est assez spécialisé avec son propre public, les Victoires de la musique classique nous permettent de toucher un public plus large, professionnels [directeurs de festival par exemple] compris », se réjouit la jeune femme de 24 ans. Et dans ses écouteurs, Léa Desandre a besoin de « trucs vraiment différents » pour se détendre. Entendez des sons de la nature, Serge Reggiani ou Barbara. « Ma sœur me fait aussi des playlists avec Fauve, Fakir, Petit Biscuit, Lumineers… Ça me change, j’aime bien. »

  • Justin Taylor, claveciniste, trouve Abba jubilatoire

Le clavecin, instrument relativement peu répandu dans les concerts de musique classique, est surreprésenté aux Victoires de la musique classique. « C’est normal, l’école de clavecin française est très bonne », précise Justin Taylor, 25 ans, révélation instrumentiste. Son passage à la télévision est surtout « l’occasion de toucher des gens ». « Le premier abord avec le clavecin est difficile, c’est normal, prévient-il. Mais derrière ce son particulier, l’instrument offre des subtilités intéressantes ». Quand il ne joue pas, Justin Taylor écoute peu de musique, exception faite d’Abba, « jubilatoire, incroyablement positif ».

  • Catherine Trottmann, mezzo-soprano, apprécie Amy Winehouse

Sa « nomination est une récompense, une balise sur [son] chemin artistique » qui lui dit qu’elle est partie « dans la bonne direction ». Catherine Trottmann, 24 ans, affirme qu’être une révélation aux Victoires de la musique classique a entraîné un « engouement » autour d’elle, lui a offert « une exposition » forcément positive pour la suite de sa carrière. Celle qui ne trouvait pas, enfant, les voix de chant lyrique « naturelles » avant d’avoir un coup de foudre pour cette discipline en se rendant compte qu'« en fait on ne dénature pas la voix, on l’amène au maximum de sa puissance » n’en écoute pourtant pas beaucoup… Comme ses camarades, elle a un penchant pour Radiohead, mais elle aime aussi Beach House ou Amy Winehouse…