Affaire Penelope Fillon: iTélé a censuré le sujet sur son antenne pendant plusieurs heures

MEDIAS Selon le site Les Jours, le directeur de la rédaction Serge Nedjar a exigé mercredi que toute mention de l'affaire disparaisse des écrans...

F.R.

— 

François Fillon, lors d'un débat de la primaire de la droite et du centre, le 17 novembre 2016.
François Fillon, lors d'un débat de la primaire de la droite et du centre, le 17 novembre 2016. — Christophe ARCHAMBAULT / AFP

Les révélations du Canard enchaîné sur l’emploi fictif dont aurait bénéficié l’épouse de François Fillon ont été abondamment reprises et commentées dans les médias mercredi. Le « Penelopegate » était évoqué partout… sauf sur iTélé.

Si l’affaire était au sommaire de la chaîne info à 6 heures du matin, elle a ensuite disparu des écrans. Selon le site Les Jours, Serge Nedjar, qui cumule les fonctions de directeur et de directeur de la rédaction d’iTélé, a exigé que le sujet soit zappé de l’antenne. Il aurait appelé à 7 heures le rédacteur en chef de la Matinale pour demander à ce qu’il ne soit plus fait mention de l’affaire, même sur le bandeau où défilent les infos en bas de l’écran.

« Il y a forcément du Bolloré derrière »

Il aurait argué que rien de ce qui était écrit dans l’article du Canard n’était avéré et la conférence de rédaction de 9 heures aurait été des plus animée. Ce n’est qu’à partir de 11 heures, après que François Fillon s’est exprimé sur ces accusations en parlant de « boules puantes », que les journaux de la chaîne ont parlé à nouveau de cette actu.

Au sein de la rédaction d’iTélé, chacun a son avis sur la décision de Serge Nedjar, comme en témoignent des témoignages recueillis par Les Jours. L’un estime que « c’est de l’incompétence » car « il ne porte pas Le Canard enchaîné dans son cœur ». Un deuxième pense qu’« il n’a pas voulu déstabiliser le système » et un autre suggère qu’« il y a forcément du Bolloré derrière ».

En novembre, la rédaction d’iTélé, saignée par une grève historique de 31 jours, avait obtenu de la direction la signature d’une charte éthique qui devait voir le jour dans les quatre mois. Arrivera-t-elle avant le mois de mars ?