VIDEO. «Salut les Terriens!»: «Je suis Charlie», affirme Farid Benyettou, l'ex-mentor des frères Kouachi

TELEVISION L'ancien mentor des tueurs de Charlie Hebdo était l'invité de Thierry Ardisson...

M.C.

— 

Farid Benyettou dans «Salut les Terriens!» le 7 janvier 2017.
Farid Benyettou dans «Salut les Terriens!» le 7 janvier 2017. — C8

Fallait-il l’inviter ? En pleine controverse sur le possible rôle des repentis du djihad dans la déradicalisation, Farid Benyettou, l’ancien mentor des frères Kouachi, était samedi soir assis face à Thierry Ardisson dans Salut les Terriens ! sur C8. L’ex « émir » de la « filière des Buttes-Chaumont », qui a publié mercredi un livre avec Dounia Bouzar, figure aujourd’hui contestée de la lutte contre l’embrigadement djihadiste, a notamment exhibé un badge « Je suis Charlie », deux ans jour pour jour après l’attentat du 7 janvier 2015.

« Je sais qu’il y a déjà un débat pour savoir s’il fallait vous inviter ou pas », a lancé Thierry Ardisson en guise d’introduction. « Moi, je pense qu’il faut vous inviter, je pense qu’il faut vous écouter et qu’il faut se faire une idée. Les téléspectateurs sont capables de se faire leur idée, on n’a pas, nous animateurs, à leur dire ce qu’ils doivent penser », a estimé l’animateur.

Séquence « scandaleusement inopportune, déplacée et indécente »

Interrogé pendant l’émission, Farid Benyettou a notamment décrit « l’idéologie djihadiste » qui « avec une belle utopie, on va sauver le monde », emmène ses adeptes « au stade de la déshumanisation, on ne voit plus les gens comme des êtres humains mais comme des catégories : mécréants, ennemis, traîtres. Il n’y a absolument aucune » empathie pour l’être humain.

« Dernière question, est-ce que vous êtes Charlie ? », demande finalement Thierry Ardisson à l’ancien salafiste quiétiste passé au djihadisme. « Bien sûr que je suis Charlie », répond Farid Benyettou après avoir sorti un badge noir de sa poche. Un moment de malaise qui a fait réagir sur les réseaux sociaux. « La séquence Bouzar-Benyettou livre/promo/réhabilitation est scandaleusement inopportune, déplacée et indécente », a ainsi estimé sur Twitter le président du Centre d’analyse du terrorisme Jean-Charles Brisard :