«Chicago Med» sur TF1: Quoi, encore une série médicale?

SERIE TV La série est également un spin-off de « Chicago Fire » et « Chicago PD »…

V. J.

— 

«Chicago Med», nouvelle série TF1 et spin-off de «Chicago Fire» et «Chicago PD»
«Chicago Med», nouvelle série TF1 et spin-off de «Chicago Fire» et «Chicago PD» — Mark Seliger/NBC

Ce mardi soir, TF1 propose les premiers épisodes de Chicago Med, une série qui fait triplement événement. Il s’agit de la nouvelle production de Dick Wolf, le mythique créateur de New York, police judiciaire et ses dérivées Unité spéciale, Section criminelle, etc. D’ailleurs, Chicago Med obéit à la même politique de franchisation, puisqu’elle est le spin-off de Chicago Fire et Chicago Police Department - avec un Chicago Justice d’ores et déjà prévu pour mars 2017. Une formule gagnante, et donc une série médicale. Encore une.

Un univers privilégié des séries

On compte actuellement presque une dizaine d’entre elles à la télévision américaine, avec Chicago Med, Grey’s Anatomy bien sûr, mais également Saving Hope, The Night Shift (toutes deux sur Série Club) et Code Black (bientôt sur M6) et l’inédite Pure Genius. Auxquelles peuvent s’ajouter The Knick de Steven Soderbergh ou encore la française Nina sur France 2.

L’hôpital, et plus généralement l’univers médical, a toujours été un lieu privilégié des séries, dès Le jeune Docteur Kildare avec Richard Chamberlain en 1961, et encore plus avec la sitcom culte MASH dans les années 70 et le duo Urgences et Chicago Hope - La vie à tout prix à partir de 1994. Souvent acquise au drame, la série médicale s’est aussi adonnée à la comédie avec Scrubs, H ou dernièrement Dr. Ken.

>> A lire aussi : «Grey's Anatomy», le top 5 de la chialade

Les médecins, des patients comme les autres

Interrogé par Télérama sur le ton et l’identité de Chicago Med, Dick Wolf a répondu qu’ils se situaient pile entre le réalisme d’Urgences et le soap de Grey’s Anatomy. Les deux séries ont consacré leurs premières saisons aux cas des patients, qui pouvaient trouver écho chez les médecins, avant de se focaliser essentiellement sur les histoires de cœur, de fesses et de famille du staff médical. Quand ils ne devenaient pas eux-mêmes des victimes, des malades, à l’instar de la pauvre Meredith Grey qui s’en prend plein la tronche depuis 10 ans. Un mal (bonjour le réalisme) pour un bien (vive le soap) qui guette également Chicago Med.