«The Walking Dead»: Negan, le meilleur méchant de la télé... ou le pire?

SÉRIE TV «Meilleur est le méchant, meilleur est le film», disait Hitchcock, mais est-ce que Negan est un assez bon méchant pour faire de «The Walking Dead» une meilleure série...

V. J.

— 

«The Walking Dead» vient d'être renouvelée pour une saison supplémentaire
«The Walking Dead» vient d'être renouvelée pour une saison supplémentaire — © AMC

Comme chaque année, c’est la pause hivernale pourThe Walking Dead. Le huitième épisode de la saison 7 a été diffusée dimanche sur AMC, lundi sur OCS, et il faut attendre février pour le retour de Rick, Carl ou Maggie parmi les morts-vivants. Rick, Carl, Maggie… mais aussi et surtout Negan. Il est la star de cette nouvelle saison, le grand méchant de la série, pire que le Gouverneur. Son entrée en scène a été fracassante, puis de sourire en grimace, de discours en torture, certaines critiques se sont faites entendre. Le très sérieux magazine Forbesprofite ainsi de la mi-saison pour se demander si Negan est un si bon méchant, s’il ne dessert pas la série. D’ailleurs, qu’est-ce qui fait un bon méchant de série ? 20 Minutes a posé la question à François Jost, auteur de Les Nouveaux méchants chez Bayard.

>> A lire aussi : Votez pour votre personnage préféré de «The Walking Dead»

Le casting

« Un méchant, c’est un physique, un charisme et aussi un jeu. Walter White n’existerait pas sans Bryan Cranston, ni Hannibal sans Mads Mikkelsen. Les méchants n’ont également pas toujours la tête de l’emploi, comme dans Orange is the new black. Ou même Michael C. Hall, tout juste sorti de Six Feet Under, qui sous ses airs de gendre idéal et en un regard devient Dexter le serial killer. »

Un blouson en cuir, un foulard rouge et une batte de baseball, cela a suffi au beau gosse Jeffrey Dean Morgan à faire oublier le chouchou Denny Duquette de Grey’s Anatomy, et d’imposer, d’en imposer en Negan. Tout en charme, sourire et manipulation, sa violence est imprévisible, et donc effrayante. Mais les auteurs l’aiment tellement, lui consacrent tant de temps et capitalisent tout sur lui, que le risque est de le banaliser, voire de le caricaturer. 70 % BAD

>> A lire aussi : Pourquoi les fans de Walking Dead ne méritent pas une bonne série

Le pourquoi

« Si l’empathie est possible, c’est souvent qu’ils ne sont pas nés méchants, ils le sont devenus. A la suite d’un trauma par exemple. Ils peuvent aussi avoir une activité liée au mal, mais bien se comporter en privé, en famille. En revanche, certains méchants, très méchants mais pas forcément plus intéressants, n’ont pas de famille, de lien, d’affectif. A l’instar du Icetruck Killer dans Dexter. »

Mais pourquoi Negan est-il aussi méchant ? Parce que ? En effet, contrairement au Gouverneur et sa relation avec sa fille zombie, Negan ne laisse paraître aucune humanité, aucune ambiguïté. Il est là, il sourit, il tue, il est krès krès méchant. Peut-être que la série s’intéressera bientôt à son passé, son histoire, mais pour l’instant, il joue surtout le rôle d’épouvantail. 50 % BAD

>> « The Walking Dead » : Toujours plus gore, la série se fait des ennemis

La violence

« Walter franchit la ligne jaune pour le bien de sa famille, Dexter tue pour le bien de la société… Du moins, c’est ce qu’ils se disent, ils ont des valeurs. Ces dernières peuvent aussi obéir aux notions de vengeance, de légitime défense, etc. Et puis, il y a la gratuité absolue, c’est la catégorie supérieure. »

Avec son exécution inaugurale, Negan se range a priori immédiatement, et pour longtemps, dans la deuxième catégorie. Il remet d’ailleurs ça dans le « winter finale ». Mais à y regarder de plus près, il justifie chaque massacre, chaque mort pour le bien de la communauté, pour maintenant la paix en temps de chaos. Tel un dictateur. 75 % BAD

>> Ennui dans «The Walking Dead»: «C'est plus qu'une série de "zombies", ça va plus loin que ça»

On adore le détester ou on déteste l’adorer ?

« "Meilleur est le méchant, meilleur est le film" ne cessait de répéter Alfred Hitchcock. C’est pourquoi il n’y a plus de séries qu’avec des gentils. Notre fascination pour les méchants obéit à une pulsion de vie et de mort, à l’éternel Eros conte Thanatos. On est subjugué, dépassé… » Et donc dans un rapport d’amour-haine. Mais les scénaristes de The Walking Dead ont semble-t-il mal lu la citation de Hitchcock, puisqu’ils ont cru que plus le méchant est méchant, plus la série serait meilleure. Sauf que Negan n’est pas le meilleur méchant. On l’aime bien car il fait le show, mais après huit épisodes de chute d’audience et de qualité, fait-il encore peur ? 40 % BAD