«Touche pas à mon poste»: «Merci»... Hanouna réagit à la procédure engagée par le CSA

POLEMIQUE « Merci au CSA d’avoir pris cette décision, on va pouvoir aller s’expliquer », a réagi l’animateur vedette de C8 lors de son émission mercredi soir…

20 Minutes avec agences

— 

Cyril Hanouna présente «Touche pas à mon poste» sur C8.
Cyril Hanouna présente «Touche pas à mon poste» sur C8. — Cyrille GEORGE JERUSALMI/C8

« C’est une très bonne nouvelle pour nous (…) Merci au CSA d’avoir pris cette décision, on va pouvoir aller s’expliquer. » Dans Touche pas à mon poste mercredi, Cyril Hanouna a réagi à la procédure de sanction, doublée d’avertissements, engagée mercredi par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) contre la chaîne C8.

« Forcément, nous sommes en direct donc il y aura toujours quelques dérapages, mais ça restera toujours l’émission familiale que vous aimez », a également promis l’animateur, sous les applaudissements de son public.

Trois séquences controversées

Saisi par des téléspectateurs de plus en plus nombreux, le gendarme de l’audiovisuel vise plusieurs moments controversés de l’émission. Il a notamment saisi son rapporteur après une séquence du 3 novembre où l’animateur vedette avait mis en scène un faux meurtre et poussé son chroniqueur, Matthieu Delormeau, à en prendre la responsabilité.

Le CSA a aussi prononcé mercredi deux avertissements : une mise en garde à propos d’une séquence où Cyril Hanouna avait insulté Matthieu Delormeau, et une mise en demeure, un avertissement plus sévère, pour une séquence où son chroniqueur Jean-Michel Maire, avait embrassé le décolleté d’une actrice contre son gré.

>> A lire aussi : Une députée PS dénonce «l'humour malsain» de Cyril Hanouna

Cyril Hanouna fait risquer à sa chaîne une sanction allant d’une amende jusqu’à une éventuelle suppression de son émission vedette. La procédure engagée par le CSA pourrait se limiter à obliger l’animateur à lire un message à l’antenne, comme pour Claire Chazal en 2010 à la suite de plusieurs erreurs dans les JT de TF1.

Mais le Conseil pourrait aussi imposer le logo « interdit aux moins de 12 ans », nécessitant de décaler l’émission plus tard en soirée. Les sanctions, rares, peuvent être décidées seulement en cas de récidive de la même chaîne et sur les mêmes fondements, comme dans le cas actuel de C8 « sur le terrain du respect de la personne humaine », selon le CSA.